• "Les danseurs, en général, sont très proches des chats. J'en connais peu qui ne les aiment pas. Les chats les aiment aussi. Ils doivent avoir la même sensibilité, la même approche du beau, du mouvement souple, des gestes déliés."

    ( Maurice Béjart ) 



    LES PEINES DE COEUR D'UNE CHATTE ANGLAISE :


    J'ai vu il y a maintenant très longtemps (c'était en 1983), à Paris, la pièce "Peines de coeur d'une chatte anglaise", mais je ne sais plus dans quel théâtre, ni qui étaient le metteur en scène et les acteurs. Je le regrette car j'avais adoré, les costumes et les masques de chats étaient fabuleux. 

     

    En 1840, l'éditeur HETZEL a l'idée d'un grand livre collectif illustré par le caricaturiste Grandville : Scènes de la vie privée et publique des animaux. BALZAC (1799-1850) écrit cinq nouvelles pleine d'humour et d'esprit. Parmi ces textes, "Peines de coeur d'une chatte anglaise" relate les amours interdites d'une chatte blanche aristocratique, Beauty, et d'un matou sans le sou.

    Cette pièce, jouée avec des masques et des costumes flamboyants, a été mise en scène au théâtre par Alfredo ARIAS en 1977. Elle a été jouée plus de 300 fois à Paris et reprise à travers le monde. La fable sociale de BALZAC est métamorphosée par l'univers fantastique d'ARIAS.

     

     

    Le chat et le théatre :

     


    votre commentaire
  • Dans le colis de Monique hier, il y avait ce livre trés intéressant  et qui a beaucoup plu à Balrog !!!!!!

     

    Les chats qui ont changé le monde :   

     

    Les chats qui ont changé le monde :  

     


    votre commentaire
  • Colette et les chats :   

     

    La différence entre un chat et un chien. Un chien pense : ils me nourrissent, ils me protègent, ils m'aiment, ils doivent être des dieux. Le chat pense : ils me nourrissent, ils me protègent, ils m'aiment, je dois être DIEU.
     

    J'ai relu quelques textes de Colette et j'ai redécouvert cette immense auteure avec gourmandise . .Voici quelques uns des textes qu'elle leur a amoureusement consacrés :


    Le petit chat noir :

    J'ai peu vécu de la vie terrestre, où j'étais noir. Noir entièrement, sans tâche blanche au poitrail, ni étoile blanche au front. Je n'avais même pas ces trois ou quatre poils blancs, qui poussent aux chats noirs dans le creux de la gorge, sous le menton. Robe rase, mate, drue, queue maigre et capricieuse, l'oeil oblique et couleur de verjus, un vrai chat noir.
    Mon plus lointain souvenir remonte à une demeure où je rencontrai, venant à moi du fond d'une salle longue et sombre, un petit Chat blanc; quelque chose d'inexplicable me poussa au-devant de lui, et nous nous arrêtâmes nez à nez. Il fit un saut en arrière, et je fis un saut en arrière en même temps. Si je n'avais pas sauté ce jour-là, peut-être vivrais-je encore dans le monde des couleurs, des sons et des formes tangibles.
    Mais je sautais, et le Chat blanc crut que j'étais son ombre noire. En vain j'entrepris, par la suite, de le convaincre que je possédais une ombre bien à moi. Il voulait que je ne fusse que son ombre, et que j'imitasse sans récompense tous ses gestes. S'il dansait je devais danser, et boire s'il buvait, manger s'il mangeait, chasser son propre gibier. Mais je buvais l'ombre de l'eau, et je mangeais l'ombre de la viande, et je me morfondais à l'affût sous l'ombre de l'oiseau...
    Le Chat blanc n'aimait pas mes yeux verts, qui refusaient d'être l'ombre de ses yeux bleus. Il les maudissait, en les visant de la griffe. Alors je les fermais, et je m'habituais à ne regarder que l'ombre qui régnait derrière mes paupières.
    Mais c'était là une pauvre vie pour un petit Chat noir. Par les nuits de lune je m'échappais et je dansais faiblement devant le mur blanc, pour me repaître de la vue d'une ombre mienne, mince et cornue, à chaque lune plus mince, et encore plus mince, qui semblait fondre..
    C'est ainsi que j'échappai au petit Chat blanc. Mais mon évasion est une image confuse. Grimpai-je le long du rayon de lune ? Me cloîtrai-je à jamais derrière mes paupières verrouillées ? Fus-je appelé par l'un des chats magiques qui émergent du fond des miroirs ? Je ne sais. Mais désormais le Chat blanc croit qu'il a perdu son ombre, la cherche, et longuement l'appelle; Mort, je ne goûte pourtant pas le repos, car je doute. Peu à peu s'éloigne de moi la certitude que je fus un vrai chat, et non pas l'ombre, la moitié nocturne, le noir envers du chat blanc.

    (Colette, Autres bêtes, Chats.)


    Le matou :


    " Je suis le matou. Je mène la vie inquiète de ceux que l'amour créa pour son dur service. Je suis solitaire et condamné à conquérir sans cesse, et sanguinaire par nécessité. Je me bats comme je mange, avec un appétit méthodique, et tel qu’un athlète entraîné, qui vainc sans hâte et sans fureur.
    C'est le matin que je rentre chez vous. Je tombe avec l’aube, et bleu comme elle, du haut de ces arbres nus, où tout à l’heure je ressemblais à un nid dans le brouillard. Ou bien, je gIisse sur le toit incliné, jusqu’au balcon de bois; je me pose au bord de votre fenêtre entrouverte, comme un bouquet d'hiver ; respirez sur moi toute la nuit de décembre et son parfum de cimetière frais ! Tout à l'heure, quand je dormirai, ma chaleur et la fièvre exhaleront l'odeur des buis amers, du sang séché, le musc fauve...
    Car je saigne, sous la charpie soyeuse de ma toison. Il y a une plaie cuisante à ma gorge, et je ne lèche même pas la peau fendue de ma patte. Je ne veux que dormir, dormir, dormir, serrer mes paupières sur mes beaux yeux d’oiseau nocturne, dormir n’importe où, tombé sur le flanc comme un chemineau, dormir inerte, grumeleux de terre, hérissé de brindilles et de feuilles sèches, comme un faune repu....
    Je dors, je dors... Une secousse électrique me dresse parfois, - je gronde sourdement comme un tonnerre lointain, - puis je retombe....Même à l'heure où je m'éveille tout à fait, vers la fin du jour, je semble absent et traversé de rêves ; j’ai l’oeil vers Ia fenêtre, l’oreille vers la porte...
    Hâtivement lavé, raidi de courbatures, je franchis le seuil, tous les soirs à la même heure, et je m'éloigne, tête basse, moins en élu qu'en banni ... Je m'éloigne, balancé comme une pesante chenille, entre les flaques frissonnantes, en couchant mes oreilles sous le vent. Je m'en vais, insensible à la neige. Je m'arrête un instant, non que j'hésite, mais j’écoute les rumeurs secrètes de mon empire, je consulte l'air obscur, j’y lance, solennels, espacés, lamentables, les miaulements du matou qui erre et qui défie. Puis, comme si le son de ma voix m'eût soudain rendu frénétique, je bondis... On m'aperçoit un instant sur le faîte d'un mur, on me devine là-haut, rebroussé, indistinct et flottant comme un lambeau de nuée - et puis on ne me voit plus...
    Les nuits d’amour sont longues ... Je demeure a mon poste, dispos, ponctuel et morose. Ma petite épouse délaissée dort dans sa maison. Elle est douce et bleue, et me ressemble trop. Ecoute-t-elle, du fond de son lit parfumé, les cris qui montent vers moi ? Entend-elle, rugi au plus fort d'un combat par un mâle blessé, mon nom de bête, mon nom ignoré des hommes ?
    Oui, cette nuit d'amour se fait longue. Je me sens triste et plus seul qu’un dieu... Un souhait innocent de lumière, de chaleur, de repos traverse ma veille laborieuse... Qu’elle est lente à pâlir, l'aube qui rassure les oiseaux et disperse le sabbat des chattes en délire ! Il y a beaucoup d'années déjà que je règne, que j'aime et que je tue... Il y a très longtemps que je suis beau... Je rêve, en boule, sur le mur glacé de rosée ... J’ai peur de paraître vieux.


    (Colette, La paix chez les bêtes )

    Noir:
    "Noir dans le noir. Plus noir que le noir. Plus noir que le combat de nègres à minuit dans une cave. Je n'ai pas besoin, pour disparaître, de me cacher; je cesse seulement d'exister, et j'éteins mes phares. Mais je fais mieux encore, je dépose mes deux phares d'or au ras du tapis, flottants dans l'air, visibles et insaisissables, et je m'en vais à mes affaires...
    C'est de la magie ? Mais bien sûr. Croyez-vous qu'on soit noir à ce point, sans être sorcier ?"


    (Colette, Autres bêtes, Chats de Paris. )

    votre commentaire
  • Un trés beau livre que je viens de redécouvrir .......   L'enfant qui dessinait les chats par Arthur Levine.
     
                  L'histoire est un conte populaire japonais: le petit Kenji vit pauvrement avec sa mère et ses frères, mais, trop faible pour les travaux des champs, il dessine pour distraire ses frères de leur labeur. Craignant pour sa santé, sa mère décide de le confier à un monastère pour lui assurer une éducation. L'un des prêtres aimant beaucoup les chats, Kenji se met à dessiner des chats pour lui faire plaisir. Mais les autres prêtres voient d'un mauvais oeil que Kenji se consacre à ce loisir plutôt qu'à ses études: chassé du monastère, il erre jusqu'à un village qui vit dans la terreur d'un terrible rat sorcier. Mais Kenji l'ignore lorsqu'il entre dans le temple et commence à peindre des chats sur tous les murs... 


    Frédéric Clément dessine de superbes chats dans tous les recoins des pages. Les aquarelles sont splendides. Je vous encourage à découvrir ce chef d'oeuvre de dessin et de poésie.

     

    L'enfant qui dessinait les chats :  

     


    votre commentaire
  •        Les gens qui aiment les chats rêvent d'un monde tranquille et doux,
           Les gens qui aiment ls chats n'ont pas peur du silence .
           Les gens qui aiment les chats adorent l'indépendance qui'ils ont, car cela leur garantit leur
           propre liberté . 
           Les gens qui aiment les chats font semblant d'être adultes et gardent secrètement une envie de ne pas grandir ......... " 

     

    Reçu en cadeau .....   

     

    Entre écriture et belles images, ce livre vous invite à une douce promenade auprès des chats d'Anny Duperey .
    Fuyant au détour d'une rue, sommeillant paisiblement sur une chaise, lovés dans les bras, pensifs derrière une fenêtre, jouant ici et là, curieux et bienveillants, indépendants et vagabonds : la comédienne et auteur sait mieux que quiconque parler des chats, de leur regard, leur silence, leur présence, de ce lien qui les unit aux hommes et aux femmes . Un texte senti, doux, émouvant, vent accompagner plus de 200 photographies superbes, dont certaines sont d'Anny  Duperey elle-même . 
    Un album plein de poésie pour tous les amoureux des chats . 

    Déjà un amateur !!!!!!!! 

     

    Reçu en cadeau .....   

     


    votre commentaire
  • Livre à offrir ou à se faire offrir .....

    Aux éditions Flammarion : Les chats de Willy Ronis de Willy Ronis 

     

    Les chats de Willy sont magnifiques, venez les rencontrer, faites-les entrer à votre tour dans votre vie.

    On ne comprend même pas comment il a réussi à les saisir au vol, à traquer leur vérité intime, à les faire exister dans leur plus haute simplicité.

    Il faut être un immense artiste pour laisser ainsi parler les chats, sans les trahir, sans exagérer, sans faire joli. Avoir été juste là, toujours à la bonne place, avec le geste prompt.  C’est sans doute son secret et son art . Sur chaque photo, passe le grain de la vie, le souffle de l’air, l’odeur même des saisons, c’est incroyable .

    Cette traversée d’un pan de la vie de Willy Ronis à travers le regard de ses chats est à la fois un pur moment de tendresse et une déclaration d’amour qu’il fait à la vie . 

     

      

     

     


    votre commentaire
  • Les chats répliquent !!!!!!  

     "Que serait un dompteur sans ses fauves,
    un chevrier sans ses chèvres,
    Ainsi en est-il de l'écrivain sans son chat
    On n'a pas le droit d'être écrivain
    si on ne possède pas un chat !

    Cet humain peu exigeant et très disponible
    sera obligé d'en passer par tous nos caprices.
    Nous pourrons dormir sur ses notes
    et autres paperasses,
    donner des coups de pattes dans son stylo à encre
    au moment de la signature d'un contrat ou
    nous promener sur le clavier de son ordinateur, ..."

    ( Extrait "L'art d'être chat", Sylvie Chassé, Henri Turin )

     


    votre commentaire
  • Les conseils de Joël Dehasse : 

     

    " Tout raconter et tout expliquer sur les comportements du chat, en restant simple mais en gardant les références scientifiques, c'était le challenge que j'ai relevé. 
    Tout dire aurait été présomptueux: le chat gardera toujours une partie de son mystère. Mais j'en dis  assez pour conscientiser le lecteur sur la vision du monde du chat. J'en dit assez pour que le lecteur puisse comprendre et résoudre de nombreux problèmes liés à la cohabitation du chat avec l'homme et les autres animaux  , pour qu'il puisse savoir si les comportements sont adaptés ou pathologiques, pour qu'il sache quand contacter le vétérinaire comportementaliste... 
    Le Guide est conçu pour se lire au goût de chacun, que ce soit une lecture didactique et de formation progressive, que ce soit une recherche par thèmes ou de résolution de problèmes ou même une recherche sur les références bibliographiques. Trois outils vous sont offerts pour cela: le sommaire, l'index et les liens internes. Cinq niveaux d'intertitres rendent la lecture structurée ............ "  

     

     


    votre commentaire
  • Que pense votre chat ?   

    Présentation de l'éditeur :

    Si l'on vous dit : Colette, Paul, Léautaud, Baudelaire...Vous pensez immédiatement écrivains et poètes. Mais savez-vous qu'en plus de leur immense talent, ils partageaient une même passion ? L'amour des chats... Que d'encre ce petit félin n'a-t-il fait couler ! Mystérieux, envoûtant, attachant, indépendant... les qualificatifs ne manquent pas pour tenter de cerner au mieux sa personnalité. Car de la personnalité, il n'en manque pas. Et il le fait savoir ! C'est ce que révèle David Alderton dans son livre Que pense votre chat ? Spécialiste de renommée internationale, cet amoureux du chat nous enseigne comment "décoder" chacun de ses messages. Vous apprendrez : à faire la distinction entre un miaulement, un murmure, un cri de douleur et un hurlement ; à lire ses différents signes de stress ; à savoir s'il est en colère, frustré, affamé ou s'il s'ennuie à adapter votre langage vocal et corporel, afin d'éviter les malentendus et améliorer ainsi votre relation. Vous enrichirez vos connaissances : en découvrant les nombreuses races de chats, afin de choisir celle qui correspond le mieux à votre personnalité ; en pénétrant dans le monde étrange des facultés surnaturelles des chats... leur sixième sens ; en parcourant l'abécédaire du comportement félin qui vous propose toutes les solutions pratiques pour répondre aux problèmes domestiques les plus fréquents : détérioration du mobilier, les griffes, la perte d'appétit...

    Biographie de l'auteur :

    David Alderton fait autorité en la matière. Ses écrits sur les chats font référence dans les milieux concernés. Le docteur Desmond Morris, zoologiste mondialement connu, a déclaré que cet ouvrage Que pense votre chat ? fait partie des cents meilleurs livres sur les félins publiés depuis 1727. Cet amoureux des chats qu'est David Alderton possède un abyssin et un british shorthair. Très engagé auprès des refuges d'animaux, il mène campagne en faveur de l'adoption.

     


    votre commentaire
  • A lire :   

     

    TOI, MON CHAT . de Kwon Yoonjoo  .
     

     

    Très intimiste, Toi, mon Chat raconte en photos l'histoire d'un chat. Un chat qui pourrait être n'importe quel chat, un chat tigré emblématique et familier.

    Ce livre explore au fil des pages la vie quotidienne si délicieusement indolente du chat, son environnement, ses coins et recoins favoris, ses rêves secrets...En contrepoint, manière de commentaire, de drôles de dessins viennent illustrer les rapports du chat avec son maître, et cette façon si particulière qu'il a d'occuper l'espace domestique sans se préoccuper du temps qui passe !De part en part, Chats ! donne à sourire et à gâtifier : il suffit de vivre avec un chat ou d'en avoir fréquenté un d'assez près, pour être d'emblée absolument séduit par son propos. Mêlant de très belles photos et des dessins originaux, Chats ! est un livre drôle, follement original et attendrissant pour tous les amoureux des chats, et qui ne manquerait sûrement pas de flatter l'ego des chats eux-mêmes !...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique