•  

    Le chat extraordinaire :  

     

    Il était une fois un roi qui aimait les animaux.
    Il en avait adopté déjà beaucoup dans son palais
    et de toutes les espèces.Cependant il n'avait pas encore
    de chat. C'est qu'en ce cas bien particulier, il ne désirait pas
    n'importe quel chat: étant roi il désirait adopter un
    chat extraordinaire !!!!
    Tous les chats qu'on lui amenait étaient certes des
    chats de race mais aucun ne lui paraissait si extraordinaire
    qu'il méritât sa faveur.
    Un jour pourtant un vieux sage se présenta aux portes
    du palais, prétendant par le chat qu'il apportait,
    combler tous les désirs du roi.
    Ce n'était pourtant qu'un simple "chat de gouttière"
    mais le sage chuchota à l'oreille du roi :
    " Sire méfiez-vous des apparences: ce chat est enveloppé
    de mystère. Si vous lui donnez un nom extraordinaire,
    il se révélera en effet extraordinaire.
    Voilà le roi bien embarassé:
    "j'ai bien envie de te croire, dit-il au vieux sage,
    mais quel nom extraordinaire lui donner ? "

    -" Si je puis conseiller votre Majesté, je lui donnerais le
    nom de "CIEL"
    Qu'y a-t-il de plus extrordinaire que le ciel ?
    Voilà une bonne idée, dit le roi.J'appelerai mon chat "ciel"
    Et dès cet instant le chat de vint aux yeux du roi
    extraordinaire : c'était" le chat ciel"
    Quelque temps plus tard un courtisan lui dit :
    " Quel drôle de nom a votre chat Majesté ! "

    -C'est que dit le roi,le sage qui m'apporta ce chat
    m'a bien recommandé de lui donner un nom extraordinaire
    et nous sommes tombés d'accord pour dire qu'il n'y a rien de
    plus extraordinaire que le ciel !
    -La votre Majesté fait peut-être erreur, dit le courtisan.
    Il y a quelque chose de plus extraordinaire que le ciel
    ce sont les nuages. Car lorsque les nuages passent ils cachent
    le ciel !
    -Tu as raison, dit le roi. je n'y avais jamais pensé.
    Eh bien j'appelerai mon chat: "NUAGE"

    Quelque temps plus tard vint un autre courtisan
    Vous avez appelé votre chat "nuage" Majesté
    et je sais pourquoi mais il y a plus fort que les nuages :
    il ya le vent. Lorsque souffle le vent les nuages sont chassés !

    -C'est vrai dit le roi. Eh bien, j'appelerai mon chat
    VENT.
    Les courtisans se succédaient...
    Un autre vint encore, qui dit :
    " Majesté il y a plus fort que le vent: il y a le mur !
    Lorsque le vent rencontre un mur, toute sa puissance
    est arrêtée
    Et bien j'appellerai mon chat "MUR"
    Un autre encore: il y a plus fort que le mur:c'est l'éléphant !
    A lui seul il peut briser le mur!
    Soit j'appelerai mon chat: "ELEPHANT"

    Quelle drôle d'idée, Majesté, dit encore quelqu'un.
    Certes un éléphant c'est une masse énorme et puissante.
    Pourtant vous savez tout comme moi que cette masse est
    vulnérable: qu'une toute petite souris grimpe dans sa trompe
    et l'éléphant devient fou !
    La petite souris, minuscule est donc plus forte que l'éléphant !

    Quel paradoxe dit le roi ! Et pourtant tu as raison : la souris est plus
    extraodinaire que l'éléphant. J'appellerai mon chat
    "SOURIS"
    -Appeler votre chat"souris" Majesté mais vous savez bien que
    les chats croquent les souris !
    -Mais évidemment dit le roi!
    Que n'y ai-je pas pensé plus tôt!
    J'appelerai mon chat "CHAT"
    mais est-ce que cela le rend extraordinaire ?
    Je n'y comprends plus rien. Faites revenir le sage qui m'a
    apporté ce chat !...

    Majesté, dit le sage, dés qu'il fut remis en présence du roi,
    je savais qu'un jour vous me rappelleriez, après avoir
    épuisé tous les noms extraordinaires à donner à votre chat !
    Voici que vous en êtes arrivé tout simplement à appeler
    votre chat: "CHAT"
    et vous avez dû convenir vous-même que c'est un
    nom extaordinaire. Ce qui rend votre chat extrordinaire c'est que
    tout simplement qu'il soit un chat !
    Nul autre que lui n'a ce nom: il est original, exceptionnel :
    VOTRE CHAT EST.... UN CHAT
    ................................
    CHAQUE ETRE EST UNIQUE.



    (Source Abbé Jean Martin dans Il était une "foi")  

     

     

    Le chat extraordinaire :  

     


    6 commentaires
  •  

    Le chat en mille et une langues :  

     

     Neko en japonais, Chma en khmer, Pising en kurde, Kakis en letton, Katé en lituanien, Miz en maya, Quattusen maltais, Ngeru en maori, Muur en mongol, Kat en néerlandais, Katt en norvégien, Gorbe en persan, Billi en ourdou (Pakistan), Cat en picard, Kot en polonais, Gato en portugais, Giat en romanche, Pisica en roumain, Pusien samoan, Koshka en russe, Macka en serbo-croate, Katt en suédois, Bisard en somali, Muc en tomazight (Berbére), Paunay en tamoul, Pusa en tagal (Philippines), Kac'ka en tchèque, Kedi en turc, Maa-oh en thaïlandais, Kit en ukrainien, Mouss en wolof, Ologho en yarouba, Cat en anglais, Mace en albanais, Sinta en algonquin, Katze en allemand, Qitt en arabe, Gatz en arménien, Kaku en basque, Caun en birman, Kazh en breton, Kotka en bulgare, Gat en catalan, We'sa en cherokee, Mao en chinois, Ko-yang-i en coréen, Kat en danois, Ghjattu en corse, Gato en espagnol, Kato en espéranto, Kass en estonien, Demmat en ambarique (Ethiopie), Kissa en finois, Cath en gallois, Gata en grec, K'at'a en géorgien, Papoki en hawaïen, Chatul en hébreu, Billa en bindoustami, Macska en hongrois, Köttur en islandais, Kucing en indonésien, Gatto en italien,Pussi en inuktitut (Inuits) .  

    (Source GEO) 

     

    Le chat en mille et une langues :  

     


    7 commentaires
  •  

    Légende bouddhiste :

       

     

    Pour le bouddhisme le chat représente la spiritualité .  On dit des chats que ce sont des petits moines qui méditent et qui sont capables d'apporter l'harmonie dans un foyer . Lire ICI ....... 

     

     

    Légende bouddhiste :  

     

     

     

     


    6 commentaires
  • "Si vous voulez être écrivain, ayez des chats."
    Aldous Huxley (1815-1895)

     

    Le chat est le grand ami des écrivains et des poètes. Il les a fascinés, ils lui ont rendu hommage. Le chat s'impose comme un auxiliaire indispensable de la vie et de l'oeuvre de nombre d'écrivains français ou étrangers. Voici quelques exemples.



    LES ECRIVAINS FRANÇAIS :

    L'un des premiers chats à se faire connaître dans la littérature est le chat botté, dans le conte de CHARLES PERRAULT (1628-1703), publié dans "Les contes de la mère l'oye" en 1697. Ce chat, doué de parole et de raison, va faire passer son maître (le benjamin désargenté d'un meunier décédé) pour un puissant gentilhomme, le marquis de Carabas, et lui permettre d'épouser la princesse du royaume. Il suffit au chat d'un sac, d'une paire de bottes et de beaucoup de ruse!

     

    CHATEAUBRIAND (1768-1848) vécut entouré de chats. Il revint d'un séjour au Vatican avec Micetto, le chat du Pape Léon XII, qui lui confia avant de mourir.


    Dans "Les mémoires d'Outre-tombe", Chateaubriand écrit qu'il "cherche à faire oublier [à Micetto] l'exil, la chapelle Sixtine et le soleil de la coupole de Michel-Ange sur laquelle il se promenait, loin de la terre..."



    Le poète, romancier, peintre et critique d'art  THEOPHILE GAUTIER (1811-1872) fut lui aussi un grand adorateur des chats. Dans "La ménagerie intime", parue en 1869, il raconte avec humour et tendresse les mésaventures de différents chats.

    Extrait de "La ménagerie intime" :

    "C'est une bête philosophique, tenant à ses habitudes, amie de l'ordre et de la propreté. (...) Séraphita restait de longues heures immobile sur un coussin, ne dormant pas, suivant des yeux avec une extrême intensité d'attention, des spectacles invisibles pour les simples mortels."



    EMILE ZOLA évoque à plusieurs reprises, et avec justesse, les petits félins. Dans la nouvelle extraite de "Nouveaux contes à Ninon" (1866), "Le paradis des chats", il raconte les péripéties d'un chat qui abandonne une vie confortable et choyée pour aller vivre dans la rue. Au final, cette vie ne lui plaît pas et il rentre chez lui. Sa propriétaire le punit mais il préfère encore être enfermé et bien nourri qu'être libre et devoir chercher de quoi survivre.

     

    On retrouve un chat dans "Thérèse Raquin" : le chat tigré François. Thérèse et son amant Laurent ont assassiné Camille, le mari de Thérèse. Mais le spectre de Camille les hante. Laurent croit même que le mort est " entrée " dans le corps du chat. Il se met à le détester et le tue. Les amants, à bout de nerfs, finissent par se suicider.

    ZOLA hébergeait des chats dans sa maison de Médan. D'ailleurs, dans " La faute de l'Abbé Mouret ", l'écrivain nous fait faire connaissance avec trois chats de gouttière, assez proches de ceux qu'il avait.



    GUY DE MAUPASSANT (1850-1893)

    "Il circule comme il lui plaît, visite son domaine à son gré, peut se coucher dans tous les lits, tout voir et tout entendre, connaître tous les secrets, toutes les habitudes ou toutes les hontes de la maison. Il est chez lui partout, pouvant entrer partout, l'animal qui passe sans bruit, le silencieux rôdeur, le promener nocturne des murs creux."

    MAUPASSANT a fondé avec Alexandre DUMAS une ligue pour la défense des félins.



    PAUL LEAUTAUD (1872-1956) s'apitoyait sur le sort des animaux mais détestait les humains. Il avait transformé sa maison de Fontenay-aux-Roses en refuge pour animaux abandonnés : "J'ai dû avoir au moins 300 chats et 150 chiens. Pas tous à la fois. Mais ma moyenne, c'était une trentaine de chats et une douzaine de chiens. "



    Qui mieux que COLETTE (1873-1954) a su dépeindre les chats? Auprès d'elle ont défilé de nombreux félins qui lui ont inspiré de nombreux textes. On peut malheureusement lui reprocher d'avoir parfois donné dans l'anthropomorphisme .

     

    Extrait du "Matou", La paix chez les bêtes :

    "Je dors, je dors...Une secousse électrique me dresse parfois, - je gronde sourdement comme un tonnerre lointain, - puis je retombe... Même à l'heure où je me réveille tout à fait, vers la fin du jour, je semble absent et traversé de rêves; J'ai l'oeil vers la fenêtre, l'oreille vers la porte..."

     

    Extrait de "Douze dialogues de bêtes" :

    "On dirait que je dors, parce que mes yeux s'effilent jusqu'à sembler le prolongement du trait velouté, coup de crayon hardi, maquillage horizontal et bizarre, qui unit mes paupières à mes oreilles. Je veille pourtant. Mais c'est une veille de fakir, une ankylose bienheureuse d'où je perçois tout bruit et devine toute présence..."

     

    MARCEL AYME (1902-1967) écrivait ses contes pour les " enfants âgés de 4 à 75 ans ". L'enfance est symbolisée par deux fillettes, Delphine et Marinette, qui vivent dans une ferme, entourées d'animaux doués de la parole.

    "La patte du chat" (1944) fait partie des "Contes du chat perché", série de contes publiés entre 1934 et 1946. Dans ce conte, Alphonse le chat a le pouvoir de faire pleuvoir en passant sa patte derrière son oreille.Delphine et Marinette sont punies parce qu'elles ont cassé un plat familial vieux de plus de 100 ans. Quand leurs parents décident de les envoyer chez leur horrible tante Mélina, le chat provoque une pluie interminable qui empêche les fillettes d'aller chez leur tante. Mais les récoltes sont abîmées et les parents décident alors de noyer Alphonse. Tous les animaux de la ferme aident le chat. C'est même grâce à une souris qu'il échappe à la noyade...



    "Blues pour un chat noir" est un recueil de cinq nouvelles écrites par BORIS VIAN (1920-1959). L'une d'entre elles raconte les mésaventures d'un chat noir hâbleur, dragueur, ergoteur, roi de l'argot, sorte d'aristochat lubrique et vantard, qui joue les grands seigneurs et finit misérablement.



    "Célébrations" de MICHEL TOURNIER (1924) est un recueil de 25 textes courts regroupés par thèmes : nature, corps, lieux, saisons et saints, images, personnes. L'auteur pose un regard émerveillé sur sa vie, ses rencontres et le monde qui l'entoure.

    Extrait de "Célébrations" :

    "Tout autre est le chat. Son indépendance vis-à-vis de son maître, sa présence affectueuse mais intermittente, ses disparitions énigmatiques suivies de réapparitions mystérieuses, la faculté qu'il a de pouvoir marcher parmi les livres et les encriers sans rien déranger, tout cela en fait le compagnon idéal de l'écrivain. Baudelaire l'a écrit mieux que personne."


    ( Source Planète Chats )

     

     

    Le chat dans la littérature et la poésie françaises : 

     


    3 commentaires
  • L'Insomniaque et le Chat :

    Donne-moi la quiétude, ô mon doux Chat !

    Rends à mon âme, de tes ronrons, le calme et le sommeil
    Pour qu'au matin rieur, le soleil triomphant, innocent et béat,
    Ensemence de traits chauds l'élan de mon réveil !
    Dans ton pelage lisse, mes mains si fatiguées
    Cherchent parmi les ombres la torpeur mortelle
    Qui donne aux yeux des hommes le repos espéré,
    Et au cerveau l'oubli, ce rebelle éternel.
    Appuie contre mon bras ta tête délicate,
    Où de curieux secrets se cachent en silence,
    Et que ton souffle pur et tes vives agates
    Apaisent sans mot dire les rivages fugaces
    Où mes rêves farouches se perdent et se débattent :
    Offre à mon coeur trop lourd la douceur salvatrice...

     ( Nefred - Toulon, 1998 ) 

     

     

    Poème :  

     


    5 commentaires
  • La légende bouddhiste sur les chats :  

     

    Pour le bouddhisme, les chats représentent la spiritualité  . 

    " Le temps passé avec des chats n'est jamais du temps perdu "

    (Sigmund Freud)

    A suivre ICI ......... 

     

    La légende bouddhiste sur les chats :  

     


    5 commentaires
  • Je remonte ce poème qu'un membre de forum m'avait dédié . Depuis beaucoup d'événements se sont passés .......

     

     Le royaume de Marie.

    En des temps séculaires
    Où trônaient pharaons,
    La dynastie des frères
    Régna à l'unisson.

    Partager un royaume
    Et le faire prospérer,
    Bien avant que le baume
    Vienne à être posé.

    Fut la tâche accomplie
    Qu'ils menèrent si haut,
    Que les dieux d'Olympie
    En firent leurs égaux.

    Pour les récompenser
    D'avoir peuple ravi,
    Ils furent changés
    En chats, pour neuf vies.

    Ainsi, Balrog et Callis,
    Traversèrent nos ères,
    Connurent biens et vices,
    Abondance et misère.

    Alors, vint notre temps
    Et la douce Marie,
    La fin de leurs tourments
    Et l'aube d'une accalmie.

    Heureux, les frères
    Paressent en sa maison.
    Se jouant de naguère,
    Des dieux et pharaons.

    Abyssins, aujourd'hui,
    Comblés de son amour,
    Lorsque s'ouvre l'huis
    Témoin de son retour.

    Là, ce n'est que tendresse
    Et jeux de chats conquis
    Par les douces caresses
    De l'aimante Marie.


    (Merci à Neth pour ce magnifique poème) 

     

    Pour Marie et ses Abyssins d'amour :  

     


    7 commentaires
  •   “Au commencement, Dieu créa le chat à son image. Et, bien entendu, il trouva que c'était bien. Ce qui prouve qu'il avait une très bonne opinion de lui-même car ce n'était pas si bien que cela.
    En effet, le chat ne voulait rien faire. Il était paresseux, renfermé, taciturne, économe de ses gestes et, de plus, extrêmement buté. C'est alors que Dieu eut l'idée de créer l'homme. Uniquement dans le but de servir le chat, de lui servir d'esclave jusqu'à la fin des temps. Au chat, il avait donné l'indolence et la lucidité ; à l'homme, il inocula la névrose de l'agitation, le don du bricolage et la passion du travail intensif. L'homme s'en donna à cœur joie. Au cours des siècles, il édifia toute une civilisation fondée sur l'invention et la production, la concurrence et la consommation. Civilisation fort tapageuse qui n'avait en réalité qu'un seul but secret: offrir au chat le confort, le vivre et le couvert.
    C'est dire que l'homme inventa des millions d'objets inutiles, généralement absurdes, tout cela pour produire parallèlement les quelques objets indispensables au bien-être du chat : le radiateur, le coussin, le bol, le plat de sciure, le filet du pêcheur breton, le couteau à hacher la viande, la moquette ou le tapis, le panier d'osier et peut-être aussi la radio puisque les chats aiment bien la musique.
    Mais, de tout cela, les hommes ne savent rien. A leurs souhaits. Bénis soient-ils. Et ils croient l'être. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes des chats.”

      ( Extrait des "188 contes à régler" , éd Denoël, 1988 ) 

     

    Les chats : 

     

     

    7 commentaires
  • De très belles photos sur la vie des chats parisiens : A voir ICI ....... 

     

    Les chats de Paris : 

     

     

    Les chats de Paris :  

     


    5 commentaires
  • L'OR DE CHAT :

    Au pays de Saint-Malo, il y avait naguère plus de fées dans la mer et sur les grèves qu'on ne comptait de bergères dans les landes. Un soir de lune, une troupe de fées se livraient à la danse ronde. Il arriva que douze jeunes gens étaient en fête, quand ils furent un peu chauds de boire, ils décidèrent d'aller inviter à la contredanse les belles fées de la grève. Mais, au cours de la danse, elles s'aperçurent que les garçons avaient le souffle court et les jambes de laine, et elles entrèrent en fureur. D'un coup de leur baguette, elles changèrent les malappris en six gros matous noirs et six chattes blanches. Quand elles virent les pauvres animaux miauler de détresse, la bonté naturelle des fées de Saint-Malo leur attendrit le coeur, et elles promirent aux farauds de les rétablir dans leur forme première aussitôt qu'ils auraient filé, pour chacune d'elles, un manteau d'or et une robe d'argent tissés dans le seul mica de la grève. La tâche n'eut pas été longue si les fées n'avaient précisé qu'ils ne pourraient filer que durant les douze coups de minuit. Les six matous et les six chattes se mirent au travail sans attendre. Lorsque toutes les fées furent habillées, elles frappèrent les chats de leur baguette et en refirent des humains. On ne dit pas si plusieurs siècles avaient passés sur leur tête. Ce qui est sûr, c'est qu'il est très rare de voir de vrais chats s'égarer sur le sable de mer. A Saint-Malo, pourtant, "argent de chat" est le nom du mica gris. Quand ce mica s'allume d'un reflet blond, il devient "l'or de chat", dont se tissait jadis le manteau d'apparat des Dames de la Mer.


      (Extrait de Légendes de la Mer de Pierre-Jakez Hélias)  

     

     

    Légende bretonne :  

     

     

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique