•    Que faire quand on découvre que le chaton ou le chiot qu’on vient d’acheter présente une grave tare nécessitant des soins importants ou des interventions lourdes et donc dispendieuses?
    Et que cette tare n'est pas un vice rédhibitoire visé par l'article L213-3 du Code Rural?

      Je dirais que tout dépend de l'éleveur!
    Untel vous proposera une solution à l'amiable (remboursement du prix de l'animal ou des frais médicaux ou autre chose), tel autre une solution plus radicale, remplacement de l'animal qui finira probablement euthanasié, un autre encore ...... rien du tout!

    Dans l'hypothèse du "rien du tout", l'acheteur peut entamer une action en justice en invoquant la double application de l'article L211-15 du Code de la Consommation, relatif au défaut de conformité du bien vendu et des articles 1641 à 1649 du Code Civil, relatifs aux vices cachés.

       Néanmoins, la tare doit être découverte dans les 6 mois à compter de l'achat et être antérieure à la vente.

       Le Code la la Consommation a été modifié par l'ordonnance n°2005-136 du 17 février 2005 afin de garantir l'acheteur contre le défaut de conformité du bien vendu.

      Petite parenthèse concernant le statut de l'animal : pour le Code Pénal l'animal est un être sensible, pour le Code Civil et de la Consommation l'animal est un bien meuble.
      Si le terme "bien meuble" fait crier au scandale certains, n'oublions pas que lors d'un achat d'un animal il y a bien transaction et contrat de vente.
    Bien sûr il faudrait une harmonisation de tous ces statuts et surtout un statut spécifique à l'animal.

      En outre la loi ne différencie pas le vice caché d'origine génétique ou pas . 

    ( Merci à D'adys ) 


    3 commentaires
  • Extrait d'un texte tiré d'une de mes nombreuses recherches :

     

    Patella luxation (PL) :


    Chez un chat atteint de patella luxation, la rotule (patella en latin) a tendance à se déboîter de son articulation: c'est une luxation. Elle peut être due à une trochlée (l'extrémité du fémur à laquelle la rotule s'articule) trop fine et arrondie et/ou à une trop grande laxité des ligaments qui maintiennent la rotule en place. La luxation de la rotule peut aussi être causée par un accident. On repère les symptômes quand le chat marque des arrêts soudains quand il marche, la jambe tendue en arrière. En reculant légèrement, il peut réussir à remettre sa rotule dans la bonne position. Le chat peut aussi avoir mal au genou, avec des inflammations de cette zone. Les chats qui présentent ces symptômes peuvent être opérés.

    La patella luxation semble être héritée sur un mode polygénique.

    Comment combattre les problèmes de santé qui existent déjà?


    Problèmes chez des chats pris individuellement :


    Si un défaut ou une pathologie sont diagnostiqués chez un chat, qu'il s'agisse d'un problème héréditaire ou non, comment réagir? La règle de base est de sortir ce chat de reproduction, mais de continuer normalement avec sa parentèle. Si le même problème se présente alors à nouveau, il est sage de prendre des mesures plus strictes.

    S'il s'agit d'une pathologie dont le caractère héréditaire est CONNU, les mesures à prendre diffèrent en fonction du mode de transmission. Voilà quelques suggestions sur la manière de gérer le problème de différentes façons. Merci de noter qu'il s'agit de recommandations générales. Pour certains cas précis, il peut y avoir des raisons d'adapter les mesures à prendre.

    • Si la pathologie est causée par un gène dominant, il faut essayer de trouver lequel des deux parents en est porteur, et de savoir si d'autres chats apparentés peuvent également être porteurs. Les chats porteurs ne devraient pas être mis en reproduction.
    • Si la pathologie est due à un gène récessif, il ne faut bien évidemment pas mettre en reproduction l'animal atteint et les parents devraient également être sortis de reproduction, puisqu'on sait avec certitude qu'ils sont tous les deux porteurs du gène pathogène. Les éventuels frères et sœurs du chaton atteint, s'ils n'ont pas encore été vendus, ne devraient pas l'être comme reproducteurs.
    • Si la pathologie se transmet sur un mode polygénique, le chat atteint ne devrait pas être mis en reproduction et le mariage qui a donné ce chat malade ne devrait pas être répété. Soyez particulièrement vigilants vis-à-vis du reste de la portée et des autres parents proches, mais ne les sortez pas tous de reproduction systématiquement, à moins qu'ils montrent les signes du problème eux-mêmes. Mais si un chat produit des chatons malades de manière récurrente, même si elle ou il n'a pas de problème, il faut bien évidemment le retirer de la reproduction.

    Problèmes dans la race :

    • Rassemblez toutes les informations sur la maladie! A quel âge les premiers symptômes apparaissent-ils chez les chats atteints? Comment se présentent-ils? Est-ce grave? Y a-t-il un traitement?
    • Il peut être possible de déterminer le mode de transmission: s'agit-il d'un gène dominant? d'un simple gène récessif? d'un mode de transmission lié au sexe? polygénique?
    • Y a-t-il des moyens de faire dépister les chats pour cette pathologie, de manière à savoir rapidement qui porte le ou les gènes?
    • Essayez de déterminer approximativement quel pourcentage de la population est atteint!

    S'il s'agit d'une pathologie grave, qui risque d'affecter un nombre important de chats dans la race, il peut être utile de mettre en œuvre un programme de santé dédié pour s'occuper du problème. La manière de l'organiser dépend en quelque sorte des réponses aux questions mentionnées ci-dessus. Le plus important dans un programme de santé est de diffuser l'information concernant les symptômes de la maladie, son évolution, son mode de transmission et les modes de dépistage disponibles. C'est possible de le faire à travers les magazines de club, des brochures, des sites web, des rencontres dans les associations de race et des séminaires. Assez souvent, les éleveurs éprouvent des difficultés à gérer ou même à admettre l'existence de problèmes de santé dans les races. La plupart du temps, ce n'est pas parce que les éleveurs se moquent de savoir si les chats peuvent ou non être malades, mais par peur de l'inconnu et manque de connaissance. Si on ne sait pas comment gérer un problème, il peut être délicat d'en parler. Bien des éleveurs ont peur d'une réaction de panique chez les autres, qui pourraient alors demander que des lignées entières soient neutrées si le problème était connu. Malheureusement, une telle crainte ne manque pas toujours de pertinence: à cause du même manque de connaissance, des incidents se produisent quand les éleveurs veulent prendre des mesures drastiques pour résoudre rapidement un problème dans une race. C'est aussi absurde que la réaction consistant à mettre sa tête dans le sable en faisant comme s'il n'y avait aucun problème. Bien évidemment aucun de ces deux types de réactions de panique existantes ne servira l'intérêt des chats. Les mesures prises doivent être raisonnables et proportionnelles à la difficulté posée par le problème à résoudre. En aucune circonstance la sélection ne devrait être telle que plus d'un tiers des chats de la population soient sortis de reproduction à cause d'un seul et même problème de santé. Si des mesures trop drastiques sont adoptées, la population reproductrice d'ensemble pourrait s'en trouver trop réduite, ce qui causerait PLUS de problèmes liés à des pathologies génétiques, uniquement à cause de cette réduction de la population reproductrice. Et c'est exactement ce qu'on cherche à éviter!


    C'est pourquoi la fondation d'un programme de santé est une affaire d'information, d'information, et encore d'information!


    Ensuite, il est également possible de recenser les cas pathologiques et d'éventuels résultats de dépistage. Si quelqu'un décide de faire ça, il faut considérer que le recensement est ouvert à tous ceux qui veulent participer. C'est un facteur décisif pour qu'un programme de santé donne de bons résultats. Le manque d'ouverture entraînera seulement les rumeurs et les spéculations, tandis que les faits concrets mettront un terme efficace aux discussions de ce genre. Ensuite, toutes les énergies devraient être employées à faire quelque chose d'utile pour résoudre le problème.



    2 commentaires
  •   La luxation patellaire (PATELLA: rotule en latin) chez le chat, est en cours d'observation. Apparue chez quelques sujets, très rarement chez des Abyssins, encore moins chez le Somali, c'est une maladie encore peu connue. Certains la disent polygénique dominante, d'autres la disent récessive, d'autres encore la disent non transmissible.

    Seuls le temps, l'observation intelligente et les réactions sensées permettront, si la nature nous en donne la possibilité, d'éliminer ce handicap. Pourquoi: "si la nature nous en donne la possibilité"? parce que jusqu'à présent il n'a pas été apporté la preuve du mode de transmission génétique (qu'il soit dominant ou récessif) et que si ce handicap touche "au hasard" tel ou tel chat, dans ce cas-là, nous ne pourrons rien faire. Par contre, si on parvient à observer et à démontrer le mode de transmission génétique, il sera possible d'oeuvrer jusqu'à l'élimination de la luxation  patellaire.           

         

    Description de la luxation :

    Lors de la flexion de la jambe, la rotule coulisse dans une "gouttière": la trochlée du fémur. Lors de l'extension de la jambe, la rotule est maintenue à sa place par le ligament patellaire, qui va de la rotule au tibia. Le quadriceps est le muscle qui lors de sa contraction permet la flexion de la jambe. Le ligament qui fixe la quadriceps au dos du péroné permet un mouvement dans l'axe.

    La luxation de la rotule peut provenir de deux causes différentes: 

    -soit la trochlée n'est pas assez profonde et la rotule se déboîte,

    -soit le ligament fémur-péroné est trop long, l'axe du mouvement n'est pas conservé et la rotule se déboîte.



    Stades :


    Stade 1: le déboîtement est si faible qu'il passe souvent inaperçu. Dans ce cas, il ne gêne en rien l'animal.

    Stade 2 : le déboîtement intervient lors d'un saut ou de la reprise du contact avec le sol. La rotule se remet seule en place. Le boitement est rare et dure peu. L'animal ne souffre pas.

    Stade 3 : le déboîtement est plus fréquent et il est nécessaire que l'homme remette la rotule en place. A ce stade-là, on observe souvent que l'animal ne pose pas complètement sa patte. La douleur est présente.

    Stade 4 : malgré l'intervention manuelle, la rotule ne reste pas en place: il faut intervenir chirurgicalement.



     Interventions :

    Aux stade 1 et 2, le confort de l'animal n'est pas remis en cause.

    Aux stades 3 et 4, il faut intervenir tôt, car plus longtemps dure la période de luxation plus le physique de l'animal sera endommagé: irritation, inflammation, écrasement, déchirure. De plus, psychologiquement l'atteinte est réelle.



    Conséquences en élevage :

    Deux options sont actuellement observées:

    - l'élimination d'office du programme d'élevage de tout animal atteint. Option prônée par les adeptes du risque zéro. 

    - l'utilisation judicieuse des chats atteints. En sachant que les symptômes n'apparaissent qu'après 14 mois, travailler intelligemment avec ces animaux implique de garder hors du circuit tout enfant né d'un parent atteint avant de connaître son statut. Puis, garder un oeil circonspect sur les générations suivantes. Ceux qui ont choisi cette voie ont opté pour un travail plus long à mener tout en offrant à la race la possibilité de garder un patrimoine génétique large, puisque jusqu'à présent, rien ne confirme la transmission héréditaire de ce problème.



    Conclusions :

    A ma connaissance, après enquête auprès des écoles vétérinaires, de cliniques félines françaises et étrangères,  d'éleveurs ayant une banque de données importante, il apparaît qu'aucune étude d'envergure n'a été menée chez le chat.  

    Travailler avec des chats atteints demande du temps et du discernement. Il faut aussi garder à l'esprit qu'un chat entier, en observation, ne peut reproduire qu'âgé d'au moins 14-18 mois. Parallèlement à cette attente, il doit être respecté dans sa nature: confort et comportement hormonal inclus. C'est un investissement en temps et en place que peuvent offrir des éleveurs passionnés, sérieux et rigoureux.


    Nota Bene :

    J'ai rédigé ce rapport pour qu'il soit lisible par tous. Mes conclusions sont partagées par de nombreux éleveurs, condamnées par d'autres. J'attends de l'avenir et de la communication entre éleveurs-vétérinaires-propriétaires d'Abyssins-Somalis que la luxation patellaire puisse devenir un sujet moins controversé, nous ralliant tous au nom de nos races aimées, pour le bien-être de nos chatons, et celui de leurs familles. 

    Tant que le mode de transmission héréditaire ne sera pas établi, j'estime trop radical la stérilisation sans progéniture des chats atteints. Éliminer de la reproduction ces chats risque d'appauvrir le cheptel.


    ( Source Waldo's Sweet Lullaby )


    2 commentaires
  • Cela se passe de tout commentaire ...... Merci à D'Adys pour son nouveau témoignage ........


    " On connait Callis et ses problèmes, on connait Caulfield qui a eu les mêmes problèmes mais qui a eu "la chance" de ne passer sur le billiard qu'une seule fois, on a assez parlé de la luxation patellaire qui, de l'avis de tous les professionnels que j'ai rencontrer (vétérinaires, chirurgiens, éleveurs sérieux, ...) est d'origine génétique.

    L'UNION FRANCAISE FELINE la liste parmi les maladies génétiques félines:

    www.u-f-f.fr/liste%20tares%20gene%201.htm


    Le principe de précaution voudrait qu'on stérilise bien entendu le chat porteur de la maladie mais également les parents de celui-ci.

    Or, non seulement les parents de Caulfield n'ont pas été stérilisés, mais ils ont eu jusqu'à 2 portées par an dont certaines femelles vendues en tant que réproductrices !
    Dernièrement une de ces chattes a été mariée  avec ....... le père de Callis!!!!!!!!La chatte est en Belgique chez un éleveur de chiens et "un contrat signé avec l'éleveur français lui interdit de vendre ces chatons en France" .... une vraie bombe à retardement ce mariage!

    Je mets ce message pour connaissance, je ne sais même pas s'il y a quelque chose à répondre .... c'est affligeant !!!!!!!!!

    Combien de petits Callis et Caulfield ?  "


    votre commentaire
  • Les dernières photos de Callis  à Paris chez Patricia et Yves . 

     

    Pour clore cette rubrique ...  

     

    Pour clore cette rubrique ...  

     

    Pour clore cette rubrique ...  

     

    Pour clore cette rubrique ...  

     

    Vous retrouverez dorénavant Callis dans la rubrique habituelle de photos !!!!!!!

     


    votre commentaire
  • Voilà, notre petit Prince est à nouveau parmi nous depuis le début de cet aprés-midi !!!!!!!!!  Callis reprend petit à petit ses marques . Sur le moment, ils se sont crachés un peu avec Balrog ....... normal, en 2 mois l'un avait oublié les odeurs de l'autre ...... puis aprés ça a été trés vite !!!!!!!! Une partie sur l'arbre à chats à régulariser la situation !!!!!!! En voici un extrait :

     

    ENFIN DE RETOUR !!!!!!   

     

    ENFIN DE RETOUR !!!!!!   

     

    ENFIN DE RETOUR !!!!!!

     

    Ce soir, l'approche est encore quelque peu difficile ..... nous le laissons reprendre lentement ses repères .  

     

    ENFIN DE RETOUR !!!!!!   

     

    ENFIN DE RETOUR !!!!!!   

     

    Quel bonheur de l'avoir à nouveau parmi nous !!!!!!!!

    J'ai une pensée ce soir pour Patricia et Yves qui sont repartis le coeur serré mais heureux  ............. Merci encore à eux !!!!!!!!!!  


    votre commentaire
  • Tout est  ok pour notre petit Callis . La rotule gauche est bien en place . La patte est un peu raide et il boite encore mais tous ces petits désagréments devraient s'estomper avec le temps ....
    Quant à la patte droite, la vétérinaire préfère attendre quelques mois qu'il se soit bien remusclé l'arrière train et le revoir à ce moment là pour un contrôle .
    On sait qu'il nous faudra encore du temps et de la patience .
    Aprés 2 mois d'absence, Callis retrouve donc sa maison samedi .

    Toute notre reconnaissance va à Yves et à Patricia pour tout ce qu'ils ont fait pour notre petit Callis . Nous les en remercierons jamais assez ....................... !!!!

    Merci à toutes et à tous pour vos témoignages d'amitié et votre soutien depuis le début .

      Enfin je voudrais finir par une pensée pour notre Omiya qui nous a quitté jour pour jour voilà  2 ans déjà ....... 


    votre commentaire
  • Comme vous le savez, Callis est chez des amis à Paris pour la dernière et réussie opération de sa luxation patellaire .

    Le temps d'un rayon de soleil, et notre petit Callis s'est  retrouvé trés vite sur le balcon, le nez dans une rue de Paris  en compagnie des chats de la maisons, Coriandre et Casimir !!!

    C'est sa 1ière journée de totale liberté . Comme vous pouvez le constater, ses poils ont bien repoussé sur la patte gauche .

     

    Notre titi parisien !!!!   

     

    Notre titi parisien !!!!   

     

    Notre titi parisien !!!!   

     

    Notre titi parisien !!!!   

     

    A trés bientôt mon p'tit lou !!!!! 

     


     


    votre commentaire
  • ...... de notre petit Prince avant le contrôle de lundi .... Il commence à vouloir courir partout d'ou la présence du harnais pour le retenir quelque peu .... !!!

     

    Nouvelle photo .....   

     

     


    votre commentaire
  • Cela va faire 4 semaines demain que notre petit Callis a été opéré ..... C'est de plus en plus dur de le garder en cage  malgré ses sorties en harnais !!!!!!! On sent qu'il lui manque à présent la liberté et l'espace !!!!!
    Le contrôle chez la véto est prévu lundi à 15h ......... De là, la véto va décider ce qu'elle veut faire pour la patte droite .... Vous vous doutez combien nous sommes tous impatients du résultat de cette consultation ..... !!!!

     

    Photo du jour :


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique