• Les chenilles processionnaires :

    A la faveur du réchauffement climatique, les chenilles processionnaires que l’on trouvait à une époque principalement dans le Sud sont également de plus en plus présentes dans d’autres régions de France. Elles constituent un véritable danger pour les chiens et les chats.

    La processionnaire du pin est un insecte dont les chenilles, dites défoliatrices, s’attaquent aux pins et aux cèdres dont elles consomment les aiguilles.
    Ces nuisibles progressent, selon les études menées par l’INRA, vers le Nord et en altitude en lien avec le réchauffement climatique. Toujours selon l’institut, « la processionnaire du pin a franchi la Loire au début des années 1990 et, depuis, elle progresse de manière continue vers Paris. »

    Ces nuisibles affaiblissent les arbres et retardent leur croissance, mais constituent aussi un véritable danger pour les chiens et les chats.
    C’est lorsqu’elles descendent de leur nid, en mars-avril (parfois plus tôt lorsqu’il fait plus doux), que les chenilles processionnaires sont le plus à redouter pour nos compagnons. Le principal danger est dû aux poils urticants dont ces chenilles sont recouvertes, ce poil étant relié à une glande à venin.

    On les appellent ainsi, car elles marchent les unes derrières les autres et forment donc une procession. Les chiens (particulièrement les chiots) et les chats sont toujours curieux. S’ils s’en approchent pour la renifler et, pire, pour l’avaler, les conséquences peuvent être désastreuses. Cela constitue une véritable urgence vétérinaire .
    Le symptôme le plus probant est une atteinte de la cavité buccale. La langue se met à enfler (cela peut prendre plusieurs heures), puis elle se nécrose. Des troubles oculaires peuvent aussi être observés, tout comme le chien ou le chat peut se mettre à baver. Lorsque l’on ouvre la gueule de l’animal, on peut apercevoir que sa langue (ou une partie) est comme grise et/ou ulcérée.

    Il ne faut pas perdre une seconde pour consulter. Suivant le diagnostic, le vétérinaire proposera un traitement à base, entre autres, d’anti-inflammatoires, antibiotiques, de pansements gastriques. Une mise sous perfusion peut être nécessaire et parfois aussi le recours à de la chirurgie. On peut rincer la plaie avec beaucoup d’eau, cela est même conseillé, mais il faut ne pas attendre pour aller aux urgences.
    Si l’on ne se rend pas compte rapidement que le chien ou le chat est atteint, la nécrose peut provoquer la perte de toute ou partie de la langue, ce qui empêche par la suite l’animal de s’alimenter ou de boire. C’est en cela que tout diagnostic reste réservé .

     

    (Source SantéVét') 

     

    Les chenilles processionnaires : 

     

     

     

    « En famille (2) :Le printemps est là .... protégez vos animaux !!! »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :