•  Le chatmoine :


          Il était une fois, un chat qui avait volé un vénérable moine à maintes reprises. Un jour qu'il s'enfuyait avec un chapelet entre les dents, le moine le poursuivit, l'attrapa par la queue et la lui arracha. Ainsi troussé, le chat n'osa plus se montrer ni chasser ; il perdit toutes ses forces et faillit mourir de faim. Mais il eut une idée : il pendit le chapelet à son cou et se posta près d'un passage très fréquenté . Une souris l'y aperçut, s'effraya et voulut se sauver, mais le chat lui adressa la parole :
    " Mon enfant, sois sans crainte. Je suis un chat-moine, j'ai fait mes voeux et ne tuerai point. Dieu veuille que vous autres souris suiviez, comme moi, les chemins de la religion  ! " .

    La petite souris, très impressionnée par ces douces paroles, devint pieuse. Elle réunit un grand nombre de ses compagnes et leur transmit le message. Toutes venaient entourer le chat dévôt pour l'écouter. Alors, il leur dit:
    " Maintenant, après avoir entendu le saint enseignement, faites cercle autour de moi et défilez l'une derrière l'autre, afin de me faire votre profession de foi, avant de rentrer chez vous . "

    Ainsi, après chaque sermon, les souris s'en allaient en marchant à la queue leu-leu . Et le chat mangeait la dernière. Voyant diminuer leur nombre, un doute vint aux souris et elles délibérèrent. Le président de l'assemblée conclut :
    " Allons examiner les crottes du chat ! "
    En y trouvant des os et des poils, les souris furent fixées : le chat les trompait. Au sermon suivant, on posa la question au chat : " Maître, de quoi vous nourrissez-vous ? "
    Le chat :
    " Je me contente, mes frères et mes soeurs, de feuilles et d'herbes sèches. " 
    Le président réunit encore l'assemblée et décida :
    " Procurez-vous une clochette avec un ruban, que vous trouverez dans la maison du voisin. Nous l'attacherons au cou du chat. Si, en le quittant, vous entendez le son de cette clochette, retournez-vous toutes pour voir ce qu'il fait ! " .

    Au sermon suivant, le président dit au chat, en attachant la sonnette à son cou :
    " Veuillez accepter, oh Maître, ce modeste bijou ! " 
    Et quand les souris s'en allèrent à la queue leu-leu, comme d'habitude, elles entendirent soudain tinter la clochette, se retournèrent et virent le chat dévorer la dernière de la procession. Alors, le président s'écria :
    " Le ventre du saint chat augmente au fur et à mesure que le nombre des souris diminue. Maître, comment se fait-il qu'on trouve des os et des poils dans vos crottes, si vous ne consommez que des feuilles et des herbes ? "  
    Ainsi parla-t-il, et toutes les souris se sauvèrent chez elles pour ne plus jamais revenir. Le chat reconnut :
    " J'ai été pris pour ne pas avoir recouvert mes crottes. "
    À partir de ce jour, il ne manqua plus jamais de le faire, et voilà pourquoi tous les chats en font autant. Du moins, c'est ce que l'on dit.


    votre commentaire
  •   En l'an de grâce 1338, dans un village de Gascogne appelé LA ROMIEU, célèbre par sa belle collégiale édifiée depuis 20 ans, vivaient heureux Vincent et Mariette. Il était bûcheron, et sa femme l'accompagnait souvent dans la forêt pour faire les fagots. Ils travaillaient dur, mais avec les volailles, le cochon, les légumes et les fruits du jardin, la table était garnie. Ils étaient mariés depuis 3 ans, lorsque Mariette mit au monde une petite fille qu'ils appelèrent Angéline. Hélas Vincent fût écrasé par un arbre qu'il abattait. Mariette, inconsolable, se laissa dépérir et deux mois plus tard, elle fût trouvée morte, tenant Angéline dans ses bras.

    La petite fût recueillie par une voisine, et grandit avec ses enfants comme leur soeur. Angéline montrait une grande attirance pour les chats. Il y en avait toujours 2 ou 3 autour d'elle qui, la nuit, dormaient dans son lit. Elle partageait souvent son écuelle avec eux.

    Angéline au fil des ans, devenait une solide jeune fille qui aidait bien ses parents adoptifs aux travaux des champs, toujours accompagnée de ses chats. L'an 1342 et les 2 années suivantes, l'hiver fut rude, et le printemps et l'été si pluvieux qu'il ne fut pas possible d'ensemencer les champs. Il s'ensuivit une grande disette et malgré la distribution par le seigneur Arnaud d'Aux des réserves de la Collégiale, les habitants de LA ROMIEU n'eurent bientôt plus rien à se mettre sous la dent. Ils pensèrent alors aux chats, si nombreux dans le village, et en firent de la gibelotte.

    Les parents d'Angéline, sachant combien elle aimait les siens, acceptèrent qu'elle garde un chat et une chatte, à condition de bien les cacher, car les voisins ne demandaient qu'à leur tordre le cou. Angéline enfermait donc le jour les 2 minous dans le grenier, et la nuit les laissait sortir pour chasser. Mais la famine s'accentuait et beaucoup de villageois mourraient. Angéline et ses parents subsistaient péniblement, en récoltant des racines dans les bois, quelquefois des champignons, mais c'était piètre pitance. Très amoindris, ils purent néanmoins, surmonter cette triste période et des temps plus cléments permirent enfin de récolter de quoi vivre.

    Mais à LA ROMIEU, où les chats avaient disparu, les rats avaient proliféré au point de menacer les récoltes. Angéline, avec des précautions infinies, avait pu cacher ses chats et ils avaient eu plusieurs portées. C'était une vingtaine de greffiers qui s'ébataient dans le grenier. Heureusement la maison était isolée .

    Les villageois se lamentaient devant les dégâts causés par les rats. C'est alors qu'Angéline annonça qu'elle allait lâcher une vingtaine de chatons que les habitants pourraient adopter. Les rats disparurent rapidement et c'est ainsi qu'Angéline sauva LA ROMIEU d'un nouveau malheur.

    La légende dit aussi que le visage d'Angéline, au fil des ans, ressembla de plus en plus à un chat et que ses oreilles se transformèrent en oreilles de chat .

                    ------------------------------------------------

       
     C'est en écoutant une grand-mère raconter à ses petits enfants la légende des chats d'Angéline, qu'un sculpteur Orléanais aujourd'hui décédé, Maurice SERREAU, eut l'idée de la faire revivre en déposant des sculptures de chats autour de la place .

     

    La Romieu : cité des chats et sa légende :   

     

    La Romieu organise de nombreuses manifestations autour du chat : Expo, Fête du chat, etc ........

     


    votre commentaire
  • L'auteur de cette histoire tenait à vous indiquer qu'il n'a pas créé mais plutôt adapté et illustré ce texte, à partir d'une histoire (bouddhiste) dont le canevas lui a été raconté.

     


    IL était une fois un peintre japonais très, très pauvre... Même plus pauvre que la plupart des jeunes qui vont chez Pops, et même qu'un étudiant sans bourse dont le prêt ne serait même pas encore arrivé -- c'est dire...

    Et, quoique zen, il était un peu découragé, là...

    Alors, il dit à sa bonne (oui, certes, c'est toujours un mystère que, dans ces histoires-là, ils ont quand même les moyens d'avoir des domestiques, mais bon, on va pas se mettre à chipoter sur les détails..):
    «Bonne, prenez cette  dernière pièce d'argent que nous avons, et allez nous acheter encore un peu de nourriture, nous n'en avons presque plus... Et, après, eh bien... nous
    nous coucherons et nous mourrons...»

    Et la vieille bonne s'incline et s'exécute...

    Elle revient, un peu plus tard, mais au lieu d'avoir rempli son cabas de riz et d'autres victuailles en solde, elle a... un petit chat dans son kimono!!!

    Le peintre s'étonne, consterné. La vieille gouvernante, gênée, s'explique:
    «O maître, je... Je sais que je n'ai pas suivi vos ordres, et je sais aussi que ce n'est pas tres raisonnable, mais j'ai plutôt acheté ce petit chat, parce que, quand il m'a regardé, j'étais sûre qu'il nous porterait bonheur...»

    Et... Le peintre hoche la tête, encore plus zennement désesperé, et il quitte la pièce...


    Fin du premier acte...


    Le petit chat... renifle un peu les lieux, poliment... On lui sert à manger, dans une écuelle -- mais, pendant une grosse semaine, il ne touche pas à la nourriture. Comme s'il avait compris qu'il n'en restait plus beaucoup dans
    cette maison...
      Le peintre, d'ailleurs, le remarque. Ça l'étonne, ca le touche même un peu.

    Mais il ne reste quand même presque plus rien à manger dans la pauvre demeure...

    Un matin, on frappe à la porte.

    C'est le prêtre du grand temple de la ville qui vient proposer au pauvre peintre un grandiose contrat : peindre une fresque de la mort du Bouddha dans le plus grand temple de la ville...

    «Fuck, se dit le peintre en lui-même -- en zen, bien sûr --, après s'être pincé... Est-ce que je rêve???»

    Cela voulait dire beaucoup de sous, plus, évidemment, la gloire, la célébrité, plein de contrats nouveaux en perspective...

    Le peintre jette un oeil au petit chat, puis à la vielle bonne, esquisse une espèce de sourire et... bien sûr, il accepte.

    Et le petit chat, en faisant un petit miaou timide, commence a lécher un peu de son écuelle...

    Et le peintre se met au travail...

    Fresque grandiose...

    Selon la légende, lorsque le Bouddha a été à l'article de la mort, toutes les créatures de la terre, humains et animaux, ont dépêché des représentants pour lui rendre un ultime hommage.

    Toutes, sauf les chats...

    Trop paresseux, trop orgueilleux, trop indépendants, trop... chats, quoi...

    Et, de ce fait, les chats auraient été maudits par le dogme de la légende bouddhiste, exclus du paradis à tout jamais...

    Alors...

    Le peintre commence sa fresque...

    Il dessine le Bouddha, allongé sur le flanc, couché sur un lit de pétales de roses...

    Il lui faut plusieurs mois de travail pour cela, et le résultat est extraordinaire...

    Et le petit chat, toujours à ses côtés, sans faire de bruit ni bouger d'une vibrisse, regarde, intensément...

    Puis, le peintre se met à peindre l'éléphant qui, toujours selon la légende, est le premier à être venu rendre au Bouddha son dernier hommage.

    Et le petit chat est toujours la, comme absorbé par le travail du peintre...

    Puis, c'est le tigre -- puis le rat musclé, puis le serpent à lunettes, et -- bon, ça continue comme ça, avec la gélinotte huppée, l'ibis de Nubie, le harfang des neiges, la tortue des Galapagos, le chameau à deux bosses de
    Bactriane, l'agouti mundi, l'escargote géante du Centre-Sud, le marabout dépressif, et, bref, tout l'Arche de Noé y passe, et tout le zoo de Granby -- y compris bien entendu l'hippopotame, qui en est la mascotte...

    Et le petit chat est toujours là, intensément là, sans bouger, mais tout vibrant, comme un petit chat qui voit et sent son premier printemps, à côté du peintre qui peint...

    Et le peintre poursuit sa toile en dessinant le cheval... la girafe... le hérisson... le chat sauvage hottentot... le rat géant de Sumatra, l'ornithorynque nain, le toucan commun, la gazelle de Kruger, le lépidoptère de Nouvelle-Guinée...

    Entretemps, bien sûr, une sorte de complicité s'est tissée entre le peintre et le petit chat.

    Et le peintre s'était même mis à lui parler un peu, de temps en temps...

    Un jour, n'y tenant plus, ayant -- enfin -- daigné comprendre, il s'adresse au petit chat :
    «Écoute... tu sais que... je ne peux pas te peindre dans la
    fresque parce que...»

    Et le petit chat baisse les oreilles, lance un hwmrmw... un peu triste, et va se rouler en boule au fond de la pièce...

    Mais ça, ça lui a un peu brisé le coeur, au peintre -- depuis le temps...

    Tempête -- zen -- dans le coeur du peintre...

    Dilemme... La gloire et la célébrité ou... l'hérésie et la déchéance...

    La fortune ou...

    Et puis, il a un flash, une sorte de... grâce (zen), et il se redit (toujours en zen ! ) : «Fuck...»

    Et.. aprés l'éléphant, l'ara des îles, le lhassa apso, le caïman pareil, le rhinocéros laineux, le zébu à bosse de Madagascar, le ver de terre solitaire, et toute la liste zoologique de la création -- y compris la manne qui sort au mois de juin a Montréal et la mouette mangeuse de frites autour des Macdos, il... OUI, il dessine un petit chat...

    Le lendemain matin, en voyant à, le petit chat est transporté d'un tel... bonheur qu'il... tombe raide mort...

    Le peintre se sent un peu désemparé, bien sûr, mais sa toile est finie. Et le moment tant attendu est arrivé d'aller l'exposer dans le grand temple.

    Et vient le jour du vernissage... ( mettons, en zen : du laquage... )  

    Première réaction du public assemblé en grande pompe: wah, on n'a jamais rien vu d'aussi grandiose, ni d'aussi beau, ni d'aussi extraordinaire...

    A star is born...

    Jusqu'a ce qu'un curé (zen) un peu moins myope que les autres remarque la minuscule forme poilue tout à l'extrémité du tableau -- et se mette à déchirer son kimono en hurlant d'indignation...

    Un CHAT! Trahison! Hérésie! Profanation! Sacrilège! Péché mortel!

    Le peintre s'attrista d'être même trop pauvre pour avoir un sabre, fût-il cheap : il se serait fait hara kiri sur le champ...

    La vieille bonne était quelque peu confuse, se demandant si elle avait vraiment eu une si bonne idée...

    Et l'écuelle du petit chat était inutilement là -- on eût dit la béquille de Tiny Tim dans le troisième rêve de Scrooge...

    Puis la nuit vint, et le sommeil finit par avoir raison de la brave ville zen...

    Le lendemain, le petit prêtre qui allait ouvrir les stores du grand temple alla, comme il convient à un petit prêtre zen dont c'est la fonction, ouvrir les stores du grand temple. Il se frotta les yeux quand il jetta un oeil sur la fresque -- promise au bûcher, comme il va sans dire, pour les premières lueurs de l'aube, avec toutes les pompes de l'indignation zen...

    Il avala sa salive, rattacha sa ceinture et se précipita pour réveiller le grand-prêtre...

    Lequel accourut, bougonnant, menaçant le petit de le réduire ignominieusement à l'état laïc si que...

    Et là, le grand-prêtre n'en croyait pas ses yeux.

    Sur la toile, en effet, il y avait toujours le Bouddha étendu sur le flanc, prêt à partir en aller simple pour le nirvana, les traits rayonnant d'une béatitude -- euh... bouddhiste, quoi...

    Et toute la floppée des zanimots à la queue leu leu, venus lui rendre un ultime hommage, du piranha de l'Orénoque à l'orang-outang roux, en passant par le kangourou marsupial, le gnou des steppes, l'hyène ricaneuse, le poulet de grain, le morse et l'oiseau sémaphore, le pitbull d'Hochelaga-Maisonneuve, la grenouille à grande gueule et le flamant unijambiste...

    Sauf qu'il n'y avait plus de chat à l'extrémité de la fresque!

    Quelqu'un, se dit le grand-prêtre en lui-même, les dieux eux-mêmes peut-être, qui sait, a du vouloir reparer le blasphème pendant la nuit, et a coupé la bordure de la fresque...

    Mais il y avait aussi quelque chose, dans le tableau, qui le hantait, sans qu'il ait encore réalisé ce que c'était.

    On aurait dit qu'il y avait quelque chose de changé dans la représentation du Bouddha. Et même dans son sourire.

    Oh, pas grand chose, en fait, presque rien.

    Excepté que ses mains n'étaient plus jointes, mais un peu entrouvertes.

    Et, entre elles, ronronnait un tout petit chat ...


    votre commentaire
  • Il y avait une fois, trois chats:
    un chat noir, un chat blanc et un chat gris.
    Le chat blanc était tout blanc et il voulait être noir!
    Le chat noir était tout noir et il voulait être blanc!
    Le chat gris était tout gris et il était très content d'être tout gris!

    Quand le chat blanc voyait quelque chose de noir, il se roulait dedans dans l'espoir de devenir noir.
    Il se roulait dans la terre noire, il se roulait dans le charbon, il se roulait même dans le caca quand le caca était tout noir!

    Quand le chat noir voyait quelque chose de blanc, il se roulait dedans dans l'espoir de devenir blanc.
    Il se roulait dans le sucre, il se roulait dans la farine, il se roulait même dans le caca quand le caca
    était tout blanc, mais ça n'arrivait pas souvent!

    A force de se rouler dans le noir, le chat blanc est devenu gris!
    A force de se rouler dans le blanc, le chat noir est devenu gris!
    Et il y a eu trois chats gris:
    un chat gris pas du tout content d'être gris, parce qu'avant il était blanc et il voulait être noir;
    un chat gris pas du tout content d'être gris parce qu'avant il était noir et il voulait être blanc,
    et un chat gris qui avait toujours était tout gris et très content d'être tout gris!

    A ton avis, lequel de ces trois chats est le plus intelligent?
    Moi, je crois que c'est le gris.
    De toute façon il a plu!
    Le chat blanc est redevenu blanc, le chat noir est redevenu noir, et le chat gris était toujours tout gris!

    Ils étaient très content d'être comme avant! Et surtout ils ont été très content de s'être rencontré dans mon histoire et de s'être fait de bon amis: du chat blanc et du chat noir, du chat noir et du chat gris!
    Parce que l'important dans la vie, c'est pas d'être blanc ou noir ou gris, mais d'être comme on est et d'avoir de bons amis!


    ( Alain Gaussel )


    votre commentaire
  • " Il n'y a pas de chat ordinaire."  Colette


    "Il y a deux moyens d'oublier les tracs de la vie : la musique et les chats."  Albert Scweitzer


    "Le temps passé avec un chat n'est jamais perdu."  Colette


    "Le chat a trop d'esprit pour ne pas avoir de coeur."   Ernest Menault


    "Le paradis ne sera jamais le paradis si mes chats n' y sont pas pour m'accueillir." Anonyme


    "J'aime les chats parce que j'aime ma maison et qu'ils en deviennent , peu à peu , l'âme invisible."  

     Jean Cocteau


    " Ne sous-estimez  jamais le pouvoir d'un ronronnement."  Anonyme


    "Profondément , nous sommes tous motivés par les mêmes impulsions.
    Les chats ont le courage de les assumer."  Jim Davis


    "Les chats appartiennent à une espèce mystérieuse .
    Leur esprit est traversé par beaucoup plus de choses que nous ne l'imaginons." Sir Walter Scott


    "Les chatons naissent les yeux fermés .
    Ils les ouvrent au bout de six jours , jettent un coup d'oeil alentour , puis les referment pour replonger dans la meilleure partie de leur vie naturelle." Stephen Baker


    " Un chat  possède neuf vies.
    Pendant les trois premières ,  il joue , pendant les trois suivantes ,  il voyage , et pendant les trois dernières ,  il reste à la maison."  Proverbe anglo-saxon


    "le chat est avant tout un dramaturge."  Margaret Benson


    "Pour elle , chaque moment de la journée était précieux et elle le mettait toujours à profit  en s'occupant à quelque chose d'utile - et s'il n'y avait vraiment plus rien d'autre à faire , c'est alors qu'elle s'employait à donner naissance à des chatons."  Mark Twain


    " Les chats peuvent être très droles et exprimer leur joie de façon extrêmement pittoresque.
    Rudimace , par exemple , a toujours fait pipi dans nos chaussures."   W.H Auden


    " Un chat attendra toujours gentiment que vous ayez fini de lire votre journal avant de le déchiqueter en mille morceaux."   Anonyme


    " La loi selon Garfield : Les chats connaissent instinctivement le moment précis où leur maître va se réveiller...C'est pourquoi ils les réveillent juste dix minutes avant."  Jim Davis


    " Les chats perçoivent exactement le moment où vous êtes plongé dans une intense concentration et viennent se placer juste entre elle et vous."  Arthur Bridges


    "A fréquenter les chats , on ne risque que de s'enrichir."  Colette


    " Si vous êtes digne de son affection , un chat deviendra votre ami  , mais jamais votre esclave."  Théophile Gautier


    "Tout propriétaire de chat le sait : Personne ne peut posséder un chat ! "  Ellen Perry Berkeley


    "Les chats ne se sentent jamais menacés .
    Ils sont génétiquement incapables d'intégrer l'idée que quelqu'un pourrait avoir de l'aversion pour une créature aussi parfaite qu'un chat."  Kathy Young


    " Peut-être est-il plus facile à un chat d'éduquer un homme qu'à un homme d'éduquer un chat.
    En effet , un chat décidé à vivre avec des êtres humains s'emploie aussitôt à faire en sorte que cette espèce soi-disant supérieure se comporte à son égard de façon appropriée."   Carl Van Vechten


    " L'intelligence chez  le chat est sous-estimée."  Anonyme


    " Chat : lion pygmée qui aime les souris , déteste les chiens et patronne les êtres humains."  Olivier Herford


    " Il existe de nombreuses espèces intelligentes dans l'univers.
    Elles appartiennent toutes à la famille des chats."  Anonyme


    " Quand je joue avec mon chat , qui sait s'il ne s'amuse pas plus de moi que je le fais de lui ?." Michel de Montaigne


    " Toute personne ayant un jour vécu avec un chat sait parfaitement que les chats font preuve d'une patience infinie envers les limites de l'espèce humaine." Cleveland Amory


    " De toutes les créatures de Dieu , il n' y en a qu'une qu'on ne mène pas à la baguette :C'est le chat ! ".  Mark Twain


    " Les chats savent très bien ce que nous ressentons ; simplement , ils s'en fichent éperdument !".  Anonyme


    "  Les chats savent toujours si on les aime ou non.
    Mais cela ne les tracasse pas plus que cela."  Winifred Carrière

    " Les chats sont des maîtres bienveillants aussi longtemps qque vous restez à votre place."  Paul Gray

    "  Le chaton qui joue , avec ses cabrioles de joli petit tigre , est infiniment plus amusant que la moitié des gens avec lesquels on est obligé de vivre en ce monde ".  Lady Sydney Morgan

     

    " J'ai beaucoup étudié les philosophes et les chats.
    La sagesse des chats est infiniment supérieure.  Hippolyte Taine


    " Il y a des milliers d'années de cela , les chats étaient vénérés comme des dieux.
    Les chats ne l'ont jamais oublié".  Anonyme


    votre commentaire
  • Selon un sondage BVA de 2002, 45 % des propriétaires de chats dorment avec leur animal.

    Tous ceux qui ont un chat savent que dormir avec un matou n'est généralement pas une mince affaire.
    Jean Michel Normand dans un article du Monde a superbement décrit la nuit passée avec la bête :
     

    « Il commence  par s'installer confortablement aux pieds de son (ou de ses) maître(s). Puis, juste lorsque l'on trouve le sommeil, il s'allonge contre vos jambes puis se pelotonne fermement derrière votre dos – c'est très sympa mais on ne peut plus se retourner – avant de s'installer sur le traversin et d'exprimer son profond contentement en émettant un ronronnement reconnaissant. C'est attendrissant, un chat qui ronronne. A cinq centimètres de l'oreille gauche et en pleine nuit, cela ne le reste pas longtemps.

    Le sommet est atteint lorsque l'animal, se sentant décidément en confiance, entame une toilette méticuleuse. Il peut alors arriver que l'on empoigne le gentil félin pour l'éjecter, imitant parfois le geste ample du demi de mêlée libérant la balle vers les lignes arrière. On gagne alors un court répit avant que monsieur ou madame chat ne se lance à la reconquête obstinée de sa cou-couche dont on aimerait bien lui expliquer qu'il s'agit d'abord de la nôtre. De surcroît, cette cohabitation déteste les mouvements brusques, les éternuements soudains ou les bruits extérieurs impromptus : un chat qui sursaute peut vous labourer un mollet avec ses griffes.

    Fermer la porte de la chambre ? Cela tombe sous le sens mais il faut alors entamer une guerre d'usure avec minet qui peut gratter pendant des heures en miaulant. C'est pire que tout. Au terme d'une nuit passée recroquevillé en chien de fusil, guette le torticolis alors que l'autre se pavane sur l'oreiller qu'il laissera plein de poils. A défaut de posséder un chat taciturne ou d'avoir mis les choses au clair dès les premiers jours, il faut donc se préparer à livrer presque chaque nuit une lutte territoriale sournoise ».


    Hé oui, dur cette nuit de partage… Alors pourquoi tant de fans?

    La présence d’animaux de compagnie contribue à notre santé physique et mentale. Selon les travaux  du Dr Serpell de l'université de Cambridge, le fait de posséder un animal entraîne une diminution de 50% environ de l'incidence de certains problèmes mineurs de santé. Les propriétaires de chats ont meilleur moral. Il a été montré au l’animal apporte un effet relaxant anti- éveil. Pourtant pas d’étude scientifique sur les effets sur le sommeil avec la bête.

    Chez l’enfant le
     Professeur Hubert Montagner
    ,  a mis en évidence l'intérêt de la présence d’un animal dans le développement de l'enfant, de ses compétences et de son intelligence émotionnelle.

    A l’opposé, les anti-chats vont mettre en avant le côté sac à puce et porteur de nombreux parasites de la bête pour dissuader l’enfant ou l’adulte de laisser le chat dormir avec soi. Il est sûr qu'
     une bonne hygiène est à respecter
    , et que le chat en question doit être surveillé sur ce plan. Plus grave, l’allergie aux poils de chat qui provoque des crises de rhinite tout au long de la nuit, et d’éventuelles crises d’asthme.  Dans ces cas, il faut être raisonnable et laisser le chat hors de la chambre (y compris pendant la journée).

    Bref nos amis les chats nous apportent une compagnie chaleureuse mais souvent remuante au cours de la nuit. Il faut savoir rester pragmatique, et quand la présence de l’animal est trop gênante, point de salut, fermez la porte de votre chambre, mettez des boules quiés, protégez le bas de la porte des griffes du chat… et tenez 3 nuits !  


    votre commentaire
  •  Faire avaler un cachet à votre chat :


    1.Prenez le chat dans le creux de votre bras gauche comme vous le feriez pour un bébé. Mettez l’index et le pouce de chaque côté de la gueule et exercez une légère pression tout en tenant le comprimé dans la main droite. Quant la bouche s’ouvre, lancez la pilule. Laissez le chat fermer la bouche et avaler.

    2.Ramassez le comprimé sur le sol et récupérez le chat derrière le canapé et recommencez.
    Récupérez le chat sous le lit et jetez le comprimé qui est tout ramolli.

    3.Prenez un nouveau comprimé, reprenez le chat dans le creux du bras gauche en lui maintenant fermement les pattes arrières de la main gauche. Écartez les mâchoires avec force et poussez le comprimé dans le fond de la gueule avec l’index droit. Maintenez la gueule fermée pendant 10 secondes.

    4.Repêchez le comprimé dans le fond de l’aquarium, récupérez le chat au sommet de l’armoire et sollicitez l’aide de votre épouse.

    5. Agenouillez-vous, le chat fermement coincé entre vos cuisses, tout en lui tenant les pattes avant et arrière. Ignorez les grondements du chat. Demandez à votre épouse de lui ouvrir la gueule, d’y jeter le comprimé et de masser sa gorge avec vigueur.

    6.Récupérez le chat sur la tringle à rideaux. Faire une note pour songer à réparer les rideaux et recoller les morceaux du vase.

    7.Enveloppez le chat dans une serviette de bain et demandez à votre épouse de se coucher dessus en laissant la tête du chat apparente. Mettez le comprimé dans une paille, forcer la gueule du chat et souffler dans la paille.

    8.Assurez-vous que le comprimé n’est pas nocif pour les humains et buvez un verre d’eau pour chasser le goût. Pansez le bras de votre épouse et lavez le sang sur le tapis avec de l’eau et du savon.
    Récupérez le chat chez le voisin et prenez un autre comprimé. Coincez la tête du chat dans l’entrebâillement de la porte de l’armoire. Forcez la gueule avec une cuillère et lancez le comprimé à l’intérieur avec un élastique.

    9. Allez chercher un tournevis dans votre boîte à outils pour remonter les charnières de la porte. Appliquez-vous une compresse froide sur la joue, vérifiez la date de votre rappel antitétanique. Jetez votre tee-shirt et allez en chercher un autre.

    10.Appelez les pompiers pour récupérer le chat dans l’arbre du jardin. Excusez-vous auprès du voisin qui s’est écrasé contre un mur en essayant d’éviter le chat. Prenez le dernier comprimé.

    11. Liez les pattes avant et arrière du chat avec du fil de fer et attachez le tout au pied de la table. Mettez des gants de jardinier, ouvrez la gueule du chat avec une clé à mollette, poussez-y le comprimé suivi d’un morceau de filet de bœuf. Maintenez la tête verticale et faites couler un bon demi-litre d’eau pour dissoudre le comprimé.

    12. Demandez à votre épouse de vous conduire aux urgences et gardez votre calme pendant que le médecin vous met les agrafes aux doigts et à l’avant bras et vous retire des déchets de comprimés de l’œil droit. Sur le chemin du retour, arrêtez vous chez le marchand de meubles pour commander une nouvelle table.

    13. Appeler le vétérinaire pour faire prendre le cachet à votre chat ............


    votre commentaire
  • " Si un chat a décidé de vous aimer il n'y a pas grand chose à faire contre "
    (Katrina Smythe)

    " Il a pris mon temps, mon silence
    et conquis toute la maison
    c'est un peu le diable, je pense
    nos ancêtres avaient raison "
    (Elise de Montclair "chaton noir")

    " Etre adopté par un chat errant est la preuve que vous êtes un être généreux et sensible  "
    (Giovanni Andretti)

    " Rentrer dans une maison vide par la grâce d'un petit chat, devient rentrer à la maison  "
    (Odile Dormeuil)

    " Très peu de gens ont la chance d'avoir pour ami un animal sauvage, exception faite des chats bien entendu  "
    (Marion Garrety)

    " La fonction du chat est d'être admiré  "
    (Georgina Stkicland Gates)

    " Lorsque qu'un chat est offensé, c'est chaque centimètre de sa personne qui est offensé  "
    (A. Reilly)

    " Un chat n'est pas difficile, à condition que vous vous rappeliez qu'il aime qu'on lui serve son lait dans la soucoupe à fleurs roses et son poisson dans l'assiette bleue, moyennant quoi il le retire et le mange à même le sol  "
    (Arthur Bridges)

    " Les fabricants de nourriture pour chats n'ont pas encore compris que ce que les chats aiment vraiment, c'est la sauce bolognaise, la crème glacée, les chips et tout ce qui relève de la grande cuisine !  "
    (Pierre Delaney)

    " Les chats destestent les portes fermées de quel que soit le côté où ils se trouvent  "
    (Liliane Braun)

    " Parfois il s'assied en face de vous, avec des yeux si fondants, si carressants et si humains qu'ils vous font presque peur, car il est imposssible de croire qu'il n'y a pas là une âme  "
    (Théophile Gautier)

    " Les chats pourraient gouverner l'univers, mais ils s'en fichent comme d'une guigne  "
    (Paul Granier)

    " Dans l'Egypte ancienne on les vénérait comme des dieux, ce qui ne les rends que trop prompts à se faire les critiques et les censeurs des frêles et faillibles créatures humaines dont ils partagent le sort  "
    (P.G. Woodenhouse)

    " Si un chien saute sur vos genoux c'est qu'il vous aime
    si un chat fait la même chose c'est parce qu'il y est plus au chaud  "
    (Alfred Withead)

    " Seuls les amis des chats connaissent le luxe d'avoir une bouillotte musicale recouverte de fourrure et qui ne se refroidit jamais  "
    (Suzanne Miller)

    " Nous autres humains sommes attirés par les chats parce qu'ils sont ce que nous ne sommes pas : autonomes, élégants dans chacun de leurs gestes, détendus, sûrs d'eux, sociables tout en préservant leur vie secrète  "
    (Caroline Ramuz)

    " Autrefois les chats étaient vénérés comme des dieux, ils ne l'on jamais oublié  "
    (anonyme)


    votre commentaire
  • Les chatons ont des yeux
    immenses, doux et tendres.
    Avec des aiguilles dans les mâchoires
    et au bout des pattes.
    ( Pam Brown )


    Lève tes grands yeux noirs de satin
    pareils à des coussins où l'on peut s'enfoncer.
    Allonge-toi à mes pieds, sphinx fantastique,
    et chante-moi tous tes souvenirs.
    ( Oscar Wilde )
     

    Se léchant à présent les babines tout en tortillant des hanches:
    "Merci beaucoup, c'était fameux, et je m'en vais maintenant faire la sieste en plein soleil, car je ne mérite que le meilleur!"
    ( Anonyme )
     

    Les yeux jaunes du chat sont une tirelire où déposer les pièces de la nuit.
    ( Pablo Neruda )


    votre commentaire
  • Lapalissade


    Le chat noir de la palissade
    Promène son museau partout,
    C'est un pirate en embassade,
    Le chat noir qui s'en vient chez nous.
    Dans le jardin ou sur le toit,
    En mille et une escapades
    De tous côtés, il est le roi.

    Il est le tigre du Bengale
    Et le prince des maraudeurs,
    Sa moquerie est sans égale:
    Ce chat-là est un chapardeur.

    Il faut le voir, cet escogriffe,
    Ce gracile animal ingrat
    Qui lacère à grands coups de griffe
    Les détritus de papier gras.

    Il mène sa vie à sa guise,
    Ne faisant que ce qui lui plaît,
    Il se complaît dans des bêtises
    Qui ne valent pas un couplet.

    Et cependant si ce vaurien
    Ne commet que des incartades
    A la maison, on l'aime bien,
    Le chat noir de la palissade.


    (Henri Monnier)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique