• Date de création : 23/11/2007
       Pages vues : 100 480 (total) 
       Visites totales : 53 352 
       Journée record : 25/04/2011 (404 Pages vues) 
       Mois record : 01/2010 (3 868 Pages vues)

     

       Je passe réparer un oubli ........ Avec toutes ces histoires j'ai zappé les 4 ans de mon blog le 23 !!!!!!! Comme le temps passe vite ..... 

       Je voulais surtout ne pas oublier de vous remercier à toutes et à tous de votre fidélité, pour cette échange certes virtuelle mais toujours aussi précieuse, de vos messages qui me font chaud au coeur, de partager les hauts et les bas de la vie de mes 2 amours, Balrog et Callis . Car c'est bien eux qui font vivre ce blog .

     

       Merci à vous qui passez par ici ...... merci à eux de leur amour !!!!!!! 

     

    4 ans de blog ...... 

     


    votre commentaire
  • Asnières, le cimetière des animaux : 

     

    Jusqu’au XIXe siècle, l’animal a une fonction utilitaire. La violence à l’égard des bêtes, donnée ordinaire à des époques également violentes pour l’homme, devint néanmoins de plus en plus intolérable : ainsi, la naissance en Angleterre d’une société protectrice des animaux dès 1824 témoigne du polissage des mœurs. Partageant cette logique, le comte de Grammont, outré des mauvais traitements infligés aux chevaux, fonde au milieu du XIXe siècle la SPA française : d’utilitaire, l’ animal devient un " compagnon " dont la présence concoure au bien-être des citoyens.

       Mais si les conditions de vie des animaux s’améliorent, après leur mort, rien n’est prévu. En théorie, les cadavres devaient être apportés dans les vingt-quatre heures chez l’équarisseur. Dans la pratique, à Paris, les dépouilles sont le plus souvent jetées avec les ordures ménagères, lorsqu’elles ne sont pas lancées dans la Seine ou dans les fossés des fortifications.

     

       La loi du 21 juin 1898 tente d’apporter une solution au problème : elle prévoit que les animaux domestiques " pourront être enterrés dans une fosse située autant que possible à cent mètres des habitations de telle sorte que le cadavre soit recouvert d’une couche de terre ayant au moins un mètre d’épaisseur ".

       Profitant de cette loi, Georges Harmois et Marguerite Durand créent le 2 mai 1899 la Société française anonyme du Cimetière pour chiens et autres animaux domestiques. Le mois suivant, cette société achète la moitié de l’île des Ravageurs, utilisées jusque là comme lieu de stockage par les chiffonniers. Située en amont du pont de Clichy, elle est dans le territoire de la commune d’Asnières. Le premier cimetière animalier du monde ouvrit ses portes à la fin de l’été 1899.L’architecte parisien Eugène Petit, dont plusieurs immeubles du XIV° arrondissement portent la signature, est chargé de dessiner l’entrée du cimetière. Il conçut le portail de style Art Nouveau, flanqué de deux portes pour le passage des piétons.

       En 1976, le comblement du bras de Seine, rendu possible par la disparition d’une seconde île, l’île Robinson, fait perdre au cimetière son caractère insulaire. Suite à des ennuis financiers, le cimetière faillit fermer ses portes en 1986 : classé monument historique en 1987, il fut reprit par la commune d’Asnières en 1997.

     

        Des dizaines de milliers d’animaux furent inhumés dans ce cimetière. Comme tout cimetière, Asnières à ses célébrités : des chiens policiers morts en fonction ; Mémère, née en 1914, et devenue le chien mascotte des chasseurs à pieds durant la Première Guerre mondiale. Cocteau, Courteline, Guitry ou Saint-Saens y inhumèrent leurs compagnons, Kroumir, le chat d'Henri de Rochefort, dont on raconte qu'il est mort de chagrin quatre jours après son maître ; et les animaux de compagnie de Camille Saint-Saëns, de Courteline, de Sacha Guitry, de princes, de ducs.

     

        Mais le cimetière d'Asnières ne serait rien sans la multitude des anonymes, chiens, chats, oiseaux, lapins, tortues, souris, hamsters, poissons, chevaux et même lions, singe, gazelle, fennec, maki dont les sépultures richement sculptées ou simplement fleuries témoignent de l'affection de leurs maîtres.

     

         Aussi au hasard d'une promenade, peut on découvrir la reconnaissance d'une mère à qui le chien Loulou "rendit son enfant qui en 1895 se noyait dans la Garonne. Le brave Loulou n'avait que neuf mois et de plus une patte cassée..." Plus loin, un petit chien de pierre tend la patte à un soldat casqué.

     

         Enfin, anonyme parmi les anonymes, un chien errant vint mourir, le 15 mai 1958, aux portes du cimetière. La direction lui érigea un monument. C'était le 40.000ème animal a être enterré dans la nécropole. Contrairement à ce qui est écrit sur le monument commémoratif au brave Saint-Bernard Barry, à l’entrée du cimetière, ce dernier ne mourut pas en allant sauver une vie : sous ce nom, c’est toute une génération de sauveteurs de l’hospice du Grand Saint-Bernard qui est honorée. Barry I, après de loyaux services, mourut de sa belle mort en 1814 : il fut empaillé et on peut le voir aujourd’hui au musée de Berne, en Suisse.

     

       La plus grande star est sans conteste Rintintin (1918-1932), au destin étonnant : trouvé alors qu’il venait de naître dans un chenil en ruines, en Lorraine, il fut recueilli par le soldat américain Lee Duncan, ramené aux Etats-Unis après la guerre, puis remarqué par le producteur Darryl F.Zanuck. Il commença alors une carrière cinématographique qui ne prit fin qu’à sa mort.

    On dit qu’il sauva les studios Warner de la faillite, suite à la grande dépression. On dit aussi qu’il mourut dans les bras de Jean Harlow. Son maître fit rapatrier ses restes dans " sa terre d’origine " et il fut inhumé à Asnières.

     

        Après sa création, le cimetière connaît un succès croissant mais rencontre des difficultés chroniques. La plus récente est certainement celle de 1986, quand le conseil d'administration décide l'arrêt de toute activité et la fermeture définitive du cimetière pour le mois de septembre 1987. Vivement émus, les amoureux du vieux cimetière se mobilisent. La mairie d'Asnières prépare alors un plan de sauvetage et demande notamment le classement du site.

     

        Le 29 septembre 1987, la commission départementale des Hauts de Seine, à la demande du ministre de l'équipement, Pierre Mehaignerie, inscrit le site du cimetière des chiens compte tenu de " son intérêt à la fois pittoresque, artistique, historique et légendaire ".

     

        En mai 1989, la mairie d'Asnières rachète à la Société Française anonyme du cimetière pour chiens et autres animaux domestiques le terrain et en confie la gestion à une société indépendante. Enfin, le 1er février 1997, la mairie d'Asnières reprend en main la gestion du cimetière pour aborder sereinement son second siècle d'existence. Des travaux de restauration ont lieu en 2001.

     

     (Source des animaux et des hommes) 

     

    Asnières, le cimetière des animaux : 

     

     

     


    votre commentaire
  • ...... dans la lumière d'un soleil couchant qui fait flamboyer les couleurs .......

     

     

    Lumière d'automne ..... 

     

    Lumière d'automne ..... 

    Cliquer pour agrandir 

     

    Trés bon week-end à tout le monde !!!!!!!!!!  

     

     

     


    votre commentaire
  • Ben oui tout a une fin même les meilleurs moments .........

       Une semaine formidable dans la ferme nature ou nous avons eu un accueil trés chaleureux de Thérèse et son homme .

       Voici notre gîte au milieu des pins et des chênes ....... calme absolu .

     

    De retour ...... 

     

    De retour ......

     

    Callis et Balrog n'avaient pas les yeux assez grands pour apercevoir les écureuils, les bîches, les moutons de la ferme et les nombreux oiseaux autour du chalet .

     

    De retour ...... 

     

    De retour ...... 

     

     

     De là nous avons fait plusieurs balades notamment le tour des châteaux de cette région .

     Le château de Cazeneuve est une ancienne propriété des Rois de Navarre, du Roi Louis IV et de la Reine Margot . En 1583, la Reine y est assignée à résidence .

     

    De retour ...... 

     

    De retour ...... 

     

    Le château de Villandraut est un monument majeur de l'époque féodale . Il permet de se replonger au coeur du Moyen-Age . 

     

    De retour ...... 

     

    De retour ...... 

     

    De retour ...... 

     

    Le château de Roquetaillade ........ Majestueux !!!!!!!

         Il est recoçnnu comme l'un des monuments phare du Grand Sud-Ouest . Site exemplaire en Aquitaine, il est composé de 2 forteresses toujours meublées et habitées par la même famille depuis 700 ans . 

          Le site a été choisi pour servir de décor à certaines scènes de films comme "Fantômas" et plus dernièrement "Le pacte des loups" .

     

    De retour ...... 

     

    De retour ...... 

     

    De retour ......

     

    Bien sûr nous en avons profité pour faire un tour sur le Bassin d'Arcachon ou je passais toutes mes vacances dans les années 60 ...... oulala ça ne rajeunit pas tout ça !!!!!!!!! En fin bref place aux photos ..........

    Les cabanes ostréicoles de Gujean Mestras .....

     

    De retour ...... 

     

     

    Un des ports de Gujean avec une jolie pinasse au 1ier plan ..... 

     

    De retour ...... 

     

    2 majestueux cygnes sur le Bassin qui en comptent des dizaines .....

     

    De retour ......

     

    Les cabanes tchanquées de l'Ile aux Oiseaux ..... 

     

    De retour ......

     

    Quelques vues du Bassin sous un généreux soleil ..... 

     

    De retour ...... 

     

    De retour ...... 

     

    Merci encore à la famille Moya pour leur accueil . Si vous voulez de plus amples renseignements sur leur ferme nature vous trouverez le lien dans mes favoris à droite du blog .  

       

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • En vacances : 

     

    Nous partons une semaine dans le Parc Régional des Landes Gascognes . Bien sûr nous amenons Callis et Balrog .

     

         A trés bientôt de vous retrouver et bonne semaine .

     

     

         Callis est déjà prêt !!!!!!!!

     

    En vacances : 

     


    votre commentaire
  • Maison sur Amatu iela. Les chats noirs sont devenus le symbole de Riga en Lettonie suite à un scandale qui , fin XIX ème, vit le propriétaire de cette maison se venger de son exclusion de la grande Guilde : il ordonna que les chats situés sur les toits de sa maison soient tournés de manière à présenter leurs derrières, queues dressées vers la grande Guilde. Plus tard le marchand fut réadmis dans la Guilde et les chats retrouvèrent leur position initiale.

     

      (Source l'Agenda des chats de GEO)

     

    Chat perché ..... 

     


    votre commentaire
  • Le Chat de Temminck (Pardofelis temminckii) ou Chat doré d'Asie est un félin de taille moyenne du genre Pardofelis. Sa robe est généralement unie et de couleur rousse, mais de nombreuses variations existent, incluant des spécimens mélaniques, tachetés comme l'ocelot ou de couleur grise ; un marquage facial composé de bandes blanches permet de facilement le reconnaître. 

       Habitant discret des forêts d'Asie du sud-est, son comportement à l'état sauvage demeure mal connu en raison du faible nombre d'études scientifiques portant sur cette espèce. Victime de la déforestation et du braconnage pour sa fourrure ou ses os, ses effectifs à l'état sauvage sont considérés comme en déclin. L'espèce est classée comme « quasi menacée » depuis 2008 par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Quelques dizaines de Chats de Temminck sont gardés en captivité. On rencontre parfois ce magnifique chat sauvage en attitude . Il a été repéré dans l'Himalaya à prés de 3050 mètres . 

       Nommé en l'honneur du zoologiste néerlandais Coenraad Jacob Temminck, qui décrivit le Chat doré d'Afrique, le Chat de Temminck fait l'objet de mythes et légendes chez les populations autochtones . 

     

    Un chat tigré : 

     

     


    votre commentaire
  • J'offre cet hommage à Christine qui vient de perdre récemment "ses grandes z'oreilles" jolie lapine qui partageait sa vie ....... 

     

       " Tout juste à coté du paradis, il existe un endroit qui s'appelle le Pont De L'Arc En Ciel. Lorsqu'un animal, qui a été particulièrement proche d'une personne dans notre monde, meurt,cet animal se retrouve au Pont De L'Arc En Ciel. Là, il y a des prés et des collines pour tous nos amis spéciaux, afin qu'ils puissent jouer et courir ensemble.
    Il y a amplement de nourriture, d'eau et de soleil pour que nos amis aient bien chaud et soient confortables.
    Tout ceux qui étaient malades et vieux, retrouvent leur santé et leur vigueur; ceux qui étaient bléssés ou éstropiés, sont de nouveau forts et agiles, tout comme on se souvient d'eux dans nos rêves des jours passés. Les animeaux sont contents et heureux, sauf pour un détail; ils s'ennuient d'une personne trés spéciale, une personne qui est demeurée dérriére.
    Ils courent et jouent ensemble, mais vient un jour lorsque l'un d'entre eux s'arrête soudainement et regarde vers l'horizon. Ses yeux sont brillants et ardents; son corps impatient commence à fremir. Soudainement, il se détache du groupe, courant à toute vitesse au dessus l'herbe verte, de plus en plus vite. Tu as été repéré, et au moment où tu es finalement réuni avec ton ami si spécial, vous vous tenez en une union joyeuse, pour ne plus jamais être séparés l'un de l'autre. Les baisers heureux abondent sur ton visage; tes mains caressent cette tête tellement aimée, et tu regardes une fois de plus dans ces yesux pleins de confiance, ces yeaux depuis si longtemps disparus de ta vie, mais qui n'ont jamais quitté ton coeur.
     Et puis, ensemble, vous traversez le Pont De L'Arc En Ciel ... " 

    (Auteur Inconnu)  

     

     Courage Christine ...... Même si Nina n'est plus là, elle restera présente à jamais dans ton coeur .  


    votre commentaire
  • Tout le monde connait "L'homme qui marche" d'Alberto Giacometti . 

     

    Le peintre et son modèle : 

     

    Mais connait-on l'amour qu'il vouait aux chats ? 

     

    Le peintre et son modèle : 

     

    Tête-à-tête intime et complice entre le peintre sculpteur suisse et l'un de ses chats . Le créateur de L'homme qui marche était un fervent amoureux des chats . Il affirmait même qu'en cas d'incendie, entre un chat et un Rembrandt, il sauverait le premier !!!

     

        Alberto Giacometti a créé en 1954 une sculpture en bronze intitulé Le Chat .

     

    Le peintre et son modèle : 

     

    (Source l'Agenda des Chats de GEO)  

     

     


    votre commentaire
  • Le roi des chats :

     

    Sa vie durant, le peintre Balthus (Balthazar Klossowski de Rola 1908-2001) n'a cessé de chérir les chats . Sa passion remontait à sa jeunesse . A l'âge de 9 ans, ayant perdu son chat adoré, Mitsou, il retraça ce drame en 40 illustrations, qui éblouirent le poète Rainer Maria Rilke, ami des parents . De cet épisode douloureux naquit sa vocation de peintre .

       Balthus semble avoir toujours eu des chats. Ceux-ci sont souvent représentés dans sa peinture. Une photographie de Cartier Bresson nous le montre avec son animal fétiche (ci-dessus) .

     

       Le Roi des Chats est un autoportrait de jeunesse.

    Le roi des chats : 

     

    Pour la petite histoire, Balthus eut une production mince (environ 350 tableaux en tout alors qu’un Picasso en a produit... des milliers) 
    La famille ne possédait pas de toile du maître. L’épouse de Balthus, Setsuko, fut obligée de racheter des toiles de son mari pour en posséder enfin. Le Roi des Chats en fait partie. Balthus reprenait et reprenait sans cesse ses toiles et lorsqu’on lui pose la question  : " Quand pensez-vous qu’une toile est terminée ? ", il répond "jamais". Son fils, avec beaucoup d’humour lui a dit un jour que si, au lieu de reprendre indéfiniment la même toile il avait recommencé son tableau sur une toile vierge, la famille serait aujourd’hui très riche ... 

     

    Le roi des chats : 

     

    (Source Agenda Des Chats de GEO - photos trouvées sur la toile) 

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique