• Article trés intéressant ......

     

       ........ Mais comme je dis à chaque fois, à chacun de se faire sa propre opinion .  Je diffuse pour l'info .......

     

    Vaccination humaine VS animale : une comparaison surprenante :  
      Comme nous, nos animaux de compagnie subissent une inflation vaccinale, moins par la variété des nouveaux vaccins qui arrivent progressivement sur le marché que par la fréquence des rappels qu’ils subissent. Il est intéressant, en ces temps de frénésie vaccinatoire, d’analyser les différences qui existent dans les types de recommandations et les mesures de « prudence » respectives. Les effets secondaires sont-ils aussi tabous qu’en médecine humaine ?

     

       Tant en matière animale qu'humaine toutefois, on se rend compte que ce sont le même genre de maladies qu’on retrouve en post-vaccination, c'est-à-dire des maladies touchant le système nerveux, le système cutané, le comportement, la sphère des allergies, des maladies auto-immunes et des cancers, comme le confirme le vétérinaire expérimenté Dr Charles Loops. Celui-ci explique notamment :



    " Les vaccinations représentent un assaut majeur du système immunitaire de l’organisme. Les microbes atténués ou les virus et bactéries chimiquement tués sont injectés directement dans la circulation sanguine via une injection sous-cutanée ou intramusculaire ce qui constitue une voie tout à fait artificielle d’infection. Cette façon de faire, particulièrement nocive, court-circuite les premières lignes de défenses de l’organisme, dévoyant le système avec des millions d’organismes ou de particules virales générant des irrégularités et des anormalités du système immunitaire qui se manifestent alors par des maladies chroniques chez les animaux.
    En réalité, cet effet général prétendument censé protéger l’individu d’une maladie aigue spécifique, affaiblit et crée un déséquilibre du système immunitaire de sorte que des prédispositions non apparentes finissent par émerger. En d’autres mots, les vaccinations représentent un stress majeur. Après les vaccinations, nous voyons souvent des problèmes chroniques commencer comme de l’épilepsie, des allergies cutanées, des infections respiratoires supérieures persistantes, des syndromes de l’intestin irritable, des maladies auto-immunes et le cancer pour ne citer que quelques maladies.
    Ce à quoi nous sommes maintenant confrontés, ce sont des générations d’animaux survaccinés et ces générations actuelles subissent les conséquences fâcheuses de cet abus médical. Là où les vaccinations ont aidé à éradiquer ou réduire l’incidence de processus pathologiques graves et aigus, le résultat a été de nous accabler avec plus de maladies chroniques, insidieuses qui sont difficiles à soigner, souvent incurables et qui diminuent la qualité de vie de beaucoup d’individus et d’animaux.
    Après plus de trente années de pratique de médecine vétérinaire, j’observe des maladies chroniques qui débutent à des âges plus précoces qu’avant. Le cancer avant cinq ans d’âge chez les chiens et les chats était une exception mais à présent, ce n’est pas inhabituel de voir des cancers mortels chez des animaux de deux ou trois ans. Et l’incidence de nombreux cas est en hausse croissante. Tandis que des mauvaises pratiques alimentaires, des aliments industriels appauvris et d’autres facteurs environnementaux jouent leur rôle, je crois que c’est la pratique répétée de la vaccination d’un animal, avec de multiples vaccinations reçues tout au cours de sa vie, qui constitue le facteur le plus péjoratif. Nous avons affaibli génétiquement nos compagnons avec cette pratique.
    Un chien ou un chat normal vivant jusqu’à 12 ans recevra au moins une vingtaine et parfois une trentaine de vaccinations durant sa vie. Une quinzaine de ces injections comporteront quatre à sept fractions microbiennes (antigènes), présentes à chaque vaccination.
    Dans tout ceci, l’équilibre naturel a été perdu au profit de la philosophie du complexe médico-industriel, imposée en grande partie par des facteurs économiques et qui consiste à nous faire croire que les vaccinations sont bénéfiques ."

       Tant en médecine humaine qu’animale, les médecins et les vétérinaires choisissent cependant en général de vacciner un maximum (c’est lucratif pour eux). Et, dans les deux cas aussi, ils tablent sur une concordance suffisante entre universités, praticiens ET INDUSTRIES, dans l’espoir d’éviter une méfiance du public . Hélas toutefois pour eux, le nombre de citoyens vigilants s’accroît et la probabilité que des contradictions à faire dresser les cheveux sur la tête soient décelées s’accroît aussi, en proportion.

     

     (Source Artémisia)

     

                                                                 c2a9-irina-garmashova-cawton-curious-nose.jpg

    « Bain de soleil !!!!!Albert Dubout : »

  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Août 2012 à 01:09
    Chats et Chiens / An

    On est en droit de se poser beaucoup de questions effectivement. Merci d'avoir diffusé ce texte.

    Par contre, je ne pige pas son exemple.. 12 ans et entre 20 et 30 vaccinations ????

    Amicalement,

    2
    Lundi 27 Août 2012 à 11:08
    Marie

    La rage se fait à part donc si tu ajoutes 12 + 12 ça fait déjà 24 vaccinations .

    Chat'leureusement à toi,

    Marie,

    3
    Mardi 28 Août 2012 à 11:38
    Marie

    A trois mois d'intervalle, mes deux chats sont morts (la mère 11 ans : bronchite et le fils 9 ans : pneumonie). Ils n'avaient jamais rien eu, ni l'un ni l'autre.

    J'ai consulté dès les premiers symptômes (toux).

    Aucun des deux n'avait jamais été vacciné et les vétérinaires m'ont affreusement culpabilisée : en bref, j'ai tué mes chats...

    J'ai lu que les adjuvants utilisés dans les vaccins provoquaient souvent des tumeurs aux endroits des injections.

    Je reprendrai un chat, plus tard, mais qu'en est-il des vaccins ?

    Faire pratiquer la première série et puis ne pas y revenir ?

    Ne rien faire ?

    Ah là là, le choix est difficile...

     

     

    Ils n'étaient pas vaccinés et les vétérinaires m'ont horriblement culpabilisée.

    4
    Mardi 28 Août 2012 à 19:47
    Marie

    Désolée pour vos chats Marie  mais malheureusement les vaccins ne les auraient pas sauvé . Pas trés cool vos vétos !!!!!!! Comme quoi ils sont bien conditionnés !!!!

    Je vous conseille de faire la primo vaccination bien sûr et aprés ne les vacciner que tous les 3 ou 4 ans si vous culpabilisez trop ... mais franchement vous n'y êtes pour rien . Les gens commencent à prendre conscience de la non utilité de tous ces vaccins .

    Bon courage,

    Marie,

    5
    Mardi 28 Août 2012 à 20:23
    Marie

    Merci...

    Pour avoir accompagné mes deux chadoux au moins une fois par semaine pendant 6 mois pour le premier, j'en ai vu des gens qui venaient faire vacciner leurs animaux et à qui on assurait que c'était au jour près, sinon il fallait tout recommencer.

    Pour les jeunes primo-vaccinés, les retardataires devaient effectivement reprendre au début.

    Longue et belle vie à vos abyssins.

     

    6
    Samedi 1er Septembre 2012 à 13:52
    Chats et Chiens / An

    Ahhhhhh merci pour ta réponse, j'oubliais la "rage" !... j'pige mieux !

     

    Pour faire suite au comm de Marie (n°3) : "au jour près" ? c'est ce qu'on m'a souvent dit ! surtout pour la rage !

    Et là, je ne peux comprendre ... comment fait-on alors les années bissextiles ? faut penser à décaler ??? et le vaccin, il se souvient de la date, pile-poil 365 jours, et zou, fait plus effet ...heure pour heure peut-être aussi ...

    Jamais compris qu'on puisse (des vétos) nous dire ça !... après que ce soit dans les environs de la date, là, c'est autre chose !

    7
    Samedi 1er Septembre 2012 à 18:29
    Marie

    Ma véto me disait que c'était bon un mois aprés .

    Bises Annie,

    Marie,

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :