•  

       Le chat souffre-t-il réellement de la solitude ?

       Lorsque le chat vit seul, il dispose sans rivalité de tout son territoire, il ne subit pas de compétition alimentaire et profite sans partage de l'affection dispensée par toute la famille. La question se pose moins pour le chat qui peut sortir quand il le souhaite et bénéficie ainsi de toutes les sollicitations extérieures .

       Il faut s'avoir que le chat sera exposé à une multitude de dangers parfois mortels : Voitures, attaque de chiens, bagarres entre chats, voisins malveillants, chasseurs, transmission de maladies, de parasites … Le chat doit être à jour de ses vaccinations, il n'existe pas de vaccin contre le sida du chat très contagieux. Il doit être identifié par tatouage ou puce électronique et stérilisé (cela évite les bagarres avec les congénères et donc la transmission de maladies et les portées non désirées).  
       Il est possible de sécuriser le jardin sachant qu'il est très difficile d'empêcher un chat d'aller explorer son environnement : Un chat trouve moyen de franchir les obstacles même les plus infranchissables . L'utilisation de clôture avec un système électrique anti-fugue est à éviter car elle crée un état anxieux chez le chat.

      Si votre chat ne sort jamais, il faut enrichir son environnement avec des jouets, des pots d'herbe à chats, des postes d'observation auprès des fenêtres.
      Il est préférable si votre chat est âgé de le garder à la maison, car ses facultés sont amoindries, il voit moins, entend moins et perd sa faculté d'orientation .

     

     (Site animaux)

     

     

                                                    humbalcon.jpg 

     

     


    7 commentaires
  •  

        L’automne est la saison de la mue. Chiens et chats vont perdre leur poil, ce qui doit inciter l’augmentation du rythme des brossages.
        La chute des poils (mue) est tout à fait naturelle à l’automne. Le rythme des brossages (ou peignage) doivent alors être accentués afin de bien éliminer le poil mort et, en même temps, les impuretés.
        Cela permet d’éviter aussi la formation de bourres et de nœuds, désagréables pour l’animal car tirant sur la peau et pouvant aussi être le siège d’infections. Tout dépend de la nature du poil de l’animal. Un chien ou chat à poil ras ne demandent pas le même entretien qu’un autre à poil long.
        Si certaines races de chien (comme le caniche par exemple) ne perdent pas leur poil, d’autres en revanche muent de manière impressionnante. C’est le cas notamment chez le Siberian husky. Chez les chats notamment, qui mettent un point d’honneur à se toiletter, cela évite qu’ils n’ingèrent des boules de poils en se léchant.


    Éviter l’ingestion de boules de poils :

       Appelées trichobézoards, elles peuvent occasionner des troubles : vomissements, constipation, occlusions intestinales. 
        Il ne faut pas non plus s’étonner de constater chez les chiens et les chats une perte de poil (dans la limite du raisonnable) tout au long de l’année. Chez les animaux vivant principalement en intérieur ou qui sortent peu, nos systèmes de chauffage peuvent influencer la chute.
       Mais face à une perte de poil importante, accompagnée ou non d’autres symptômes cutanés et/ou comportement (léchage, grattage…), il peut être judicieux de consulter le vétérinaire.


    Une cure de vitamines ?

       Enfin, on peut utiliser des vitamines ou un complément alimentaire afin de favoriser la repousse ou le bien être du poil. Mais l’administration de tels produits n’est pas anodin et doit toujours faire l’objet d’une demande de conseils auprès du vétérinaire.
       Dès lors qu’il est nourri correctement, à l’aide d’une alimentation lui apportant tout ce dont son organisme a besoin, il peut être risqué de donner à son animal un complément alimentaire ou vitaminé à "l’aveugle" .

     

    (Source Assurance Animale)

     

    PS : Pour les poils je donne tout au long de l'année un comprimé par jour de levure de bière à chacun de mes chats .

     

     

                                                 lesley-fotherby-k.jpg  

     


    14 commentaires
  •  

       La robe d'un chat est composée d'une ou plusieurs couleurs qui forment diverses combinaisons, les motifs, appelés patrons. L'alliance des différentes couleurs et des patrons donnent toutes les variations de fourrure possibles pour un chat . Un peu de génétique ça vous dit ?

       Les chats de couleur écaille de tortue sont toujours des femelles. La différence entre le chat écaille de tortue et le chat calico est que le chat calico possède en plus des taches blanches.

     

                                                          kitty.jpg

     

        Un chat écaille de tortue, ou tortie , est un animal dont la robe contient à la fois du roux (ou sa forme diluée) et du noir(ou sa forme diluée, le bleu). Les deux couleurs peuvent être distinctes ou étroitement entremêlées.
     Lorsque la robe comporte des taches blanches, il s'agit d'un chat écaille et blanc. 
       Un chat tricolore ou calico contient du blanc noir et roux sous forme de taches. Au Japon, où ces chats sont réputés porter bonheur, ils sont appelés "mi-ke" ce qui signifie "triple fourrure" .

       Un chat torbie est caractérisé par une robe écaille de tortue (ou calico) dont l'une des couleurs est tabby.

     

       50% des chats blancs sont atteints de surdité. Une anomalie due à un dysfonctionnement de la partie du cerveau qui contrôle à la fois l'audition et la pigmentation du pelage. Si c'est le cas rassurez-vous ce handicap est peu gênant et votre chat continuera à mener une vie normale.

       Les chats roux sont presque tous des mâles (il y a pour 100 chats roux une seule femelle rousse). 
       Contrairement aux idées reçues, l'emplacement des taches ne change pas au gré des mues ou du temps. Elles sont fixes et dureront toute la vie du chat.

     

                                                        arl.jpg

     

     

     (Source Site animaux)  


    15 commentaires
  •  

      Septembre ..... L’automne arrive et avec lui le début des intempéries, les variations de température et les jours qui raccourcissent. Cela vous porte un peu sur le moral ? C’est naturel mais ...... figurez-vous que nos compagnons à quatre pattes eux aussi, sont sensibles à ces changements saisonniers. Tiques, problèmes articulaires, teigne durant l’arrière saison, les risques pour votre chien ou votre chat ne manquent pas.

    Tiques et puces :

    Les balades printanières et estivales, c’est sûr, sont propices à une infestation par les puces ou les tiques. N’allez pas croire pourtant, que l’arrivée de l’automne signifie que tout danger soit écarté. Ainsi durant la belle saison, « les parasites pondent des œufs dans les rainures de parquets et les tissus de la maison » explique le site Internet de la Fondation 30 millions d’amis. "Une fois le chauffage remis en route, la chaleur favorise leur éclosion et leur développement" . Un traitement antiparasitaire de la maison, et une poursuite de la protection de vos animaux, peuvent donc s’avérer nécessaires.

    Gare à la teigne !!!!

    Même si cette maladie se contracte essentiellement en été, au contact d’autres animaux, les symptômes apparaissent à partir du mois d’octobre. Soyez donc attentifs à la moindre petite lésion arrondie, sur la peau de votre animal. Il n’existe pas de traitement préventif. Des lotions que vous appliquerez localement, sont tout-à-fait efficaces. N’hésitez pas en parler à votre vétérinaire.

    Humidité et arthrose :

    L’automne est également une saison propice aux manifestations de l’arthrose. Et pas seulement chez les humains ! Même si cette pathologie affecte plus volontiers les animaux âgés, la baisse des températures et l’humidité aidant elle peut également concerner les chiens et chats dès l’âge de 5 ans. Comme chez l’homme, les articulations se font alors plus douloureuses. Lorsque vous sortirez votre compagnon à quatre pattes, n’hésitez pas à le faire marcher avant de le faire courir. Ses articulations se réchaufferont ainsi en douceur. Et puis… un pull sur le dos de votre animal peut aussi s’avérer utile, s’il l’accepte.

    Quand les poils tombent :

    En automne, la plupart des chats muent. En faisant leur toilette, il se peut qu’ils avalent des boules de poils. C’est vrai, cela leur arrive tout au long de l’année. Durant la période de la mue le phénomène est tellement amplifié qu’il peut provoquer la formation de trichobézoards, avec vomissements ou irritations gastriques. Redoublez donc de vigilance.

    Attention aux yeux :

    Toujours selon la Fondation 30 millions d’amis, "lorsque les jours raccourcissent, la lumière diminue et cela modifie la densité du cristallin. Les animaux voient moins bien, ce qui peut se traduire par des réactions d’appréhension. Une visite chez un spécialiste permettra de détecter une éventuelle fibrose cristallinienne, ou une cataracte, et de soigner cette anomalie" .

    (Source Fondation 30 millions d’amis)

     

     

                                                         c2a9-irina-garmashova-cawton-cat-on-the-windowsill.jpg  


    12 commentaires
  •  

     Vous êtes allergique, mais vous avez vraiment très très très envie d'avoir un chat ?

    Vous êtes dans ma situation. Asthmatique, allergique, j'ai toujours vécu avec des chats et je m'en sors. Mais cela demande une certaine organisation.

    1) Étape 1 : faire un bilan de son allergie :

    D'abord, vous pouvez aller faire un bilan chez un allergologue, qui essaiera de toutes ses forces de vous dissuader s'il détecte chez vous une allergie, même minime.
    Vous pouvez aussi découvrir que vous êtes allergique aux acariens, une allergie proche de celle des chats car accentuée par la présence des poils du chat dans l'environnement.

    Vous avez la possibilité de vous désensibiliser ? Tant mieux ! Si vous choisissez cette option, rendez vous dans 13 à 14 semaines. A noter que les désensibilisations aux acariens sont réputés très efficaces et celles aux animaux assez aléatoires.

    Vous êtes toujours intéressé(e) ? Passez à l'étape 2.

    Notez que l'avis de l'allergologue est souvent un peu tranché et que vous pouvez bien à moins d'être en danger (allergie très forte), prendre un chat et vivre avec, ce que je fais depuis 27 ans.
    L'avis de l'allergologue conduit chaque année à des abandons alors que si des précautions sont prises, vous pouvez vous en sortir. Les allergologues ne sont pas vraiment les amis de la protection animale !

    2) Étape 2 : connaitre son ennemi :

    Prendre connaissance de l'allergie aux chats.
    L'allergie aux chats est, dans la plupart des cas, due à une protéine (FEL D1) présente dans les sécrétions du chat : la salive, les squames, les urines et les larmes. La salive se dépose sur le poil, le chat perd ses poils... A leur contact vous faites une crise d'allergie.

    Prendre connaissance de l'allergie aux acariens.
    L'allergie aux acariens est due à la présence de bestioles qui se nourrissent de nos restes biologiques et adorent ceux des chats, qui en ont beaucoup. Les poils. Au contact des surfaces privilégiées d'habitation ces bêtes (en général des moquettes ou des textiles), vous allez faire une crise.

    La crise d'allergie peut prendre différente formes : yeux larmoyants, asthme, yeux qui coulent, peau qui rougit... et tout ça à la fois.
    J'en rajoute une couche, une crise d'allergie c'est particulièrement désagréable, on éternue sans arrêt, on utilise une quantité effrayante de mouchoirs, on ne peut pas faire grand chose, ça rend irritable, en particulier contre ce pauvre chat sécréteur de protéines qui n'y peut rien... Tant qu'on peut l'éviter, il faut tout tenter !

    Toujours intéressé ? Passez à l'étape 3 !

    3) Étape 3 : le choix du chat :

    Certains chats de race sont réputés pour moins ou peu sécréter cette protéine malfaisante : les Norvégiens par exemple.
    Si vous êtes en fait allergique aux acariens, posséder un chat ne sécrétant pas la protéine n'a aucun intérêt.

    Certains chats de race perdent apparemment moins leurs poils que les autres : les Korat, le sphynx.
    Valable pour les deux types d'allergie.

    Si vous prenez un chat d'une de ces races, il faudra en payer le prix, souvent autour de 1000€. Ne prenez pas un croisé, ni un typé, et si c'est le cas, ne venez pas pleurer que vous faites quand même de l'allergie étant donné qu'il s'agit de délicats phénomènes génétiques qui ne sont pas reproductibles avec des croisements amateurs.

    On parlait aussi il y a quelques années de fabriquer chats génétiquement modifiés pour ne pas sécréter la protéine, mais ce projet a été abandonné car trop onéreux. Il a été remplacé par de la sélection, ce qui conduit a actuellement les scientifiques à faire... de l'élevage traditionnel voir le lien ici link

    En ce qui concerne les autres chats, autres races et de maison/de gouttière : privilégiez des chats à poils cours/très courts. Vous pouvez aussi tomber sur un chat qui ne sécrète pas ou peu la protéine, au hasard des mélanges ! C'est la loterie. Vous pouvez tomber comme moi sur un chat à poils courts qui perd énormément ses poils.

    Mais notez que vous pouvez vous accommoder d'un chat allergisant : je suis actuellement la maitresse d'un gouttière à poil courts mais à fourrure très abondante et qui mue beaucoup, et une Sacrée de Birmanie au poils mi longs, extrêmement allergène et à laquelle je ne fais plus aucune réaction ou presque.

    Prendre un chaton plutôt qu'un adulte aide à se désensibiliser, car ils produisent la protéine en petite quantité qui augmente avec le temps : vous voilà désensibilisé par la présence d'un chat ! Sachez que la plupart du temps, vous resterez sensible aux chats... des autres.

    Si vous avez réussi à avoir un chat non allergisant ou à tolérer le votre : bravo !
    Sinon, passez à l'étape 4.

    4) Étape 4 : vivre avec un chat lorsqu'on est allergique :

    Les précautions générales sont :
    - Laver les draps et les changer toutes les semaines si possible
    - Faire régulièrement le ménage (deux fois par semaines avec un bon aspirateur)
    - Éviter la moquette et les tapis (et dans la mesure du possible les arbres à chat en moumoute, sauf si vous vous astreignez à les aspirer consciencieusement)
    - Habituer le chat à être brossé régulièrement

    En cas d'allergie aux chats :
    - Habituer le chat à être lavé, le laver une fois par mois (s'il supporte)
    Personnellement je ne le fais pas, mais c'est apparemment radical. Cependant un chat est très propre par nature et n'apprécie pas qu'on lui change son odeur, si le shampoing n'est pas adapté, cela peut lui causer des problèmes de peau. Il faut donc choisir un shampoing pour chat et non pour humains, même doux.
    - Au pire lui passer régulièrement une lingette sur les poils (sans paraben), ou un torchon propre et humide
    Méthode qui est la mienne . 
    - Se laver les mains après les grosses séances de câlins et ne pas se toucher le visage directement après avoir caressé l'animal

    En cas d'allergie aux acariens :
    - Aérer 30 min l'hiver/1h l'été au minimum, aérer diminue l'humidité que les acariens adore et le froid les tue
    - Laver la literie et les coussins à 60° pour encore une fois les tuer
    - Faire laver de temps à autre la literie à un pressing pour qu'il utilise un produit acaricide

    Si vous êtes toujours malade avec ses précautions, il existe aussi des solutions médicamenteuses à voir avec un ORL, l'allergologue ou son médecin généraliste :
    - Les anti histaminiques sont très efficaces, mais il faut trouver la bonne famille. Ne pas s'étonner si ça marche mal, car il faut souvent en tester plusieurs. Il faut en prendre régulièrement et pas uniquement en cas de crise.
    - Les bronchodilatateurs (ventoline...) sont efficaces contre l'asthme mais de façon temporaire. Il existe aussi des corticoïdes qui, pris une fois ou deux par jour, permettent de ne plus faire de crises, mais ont parfois des effets secondaires (sérétide, bécotide...)

    Oui : avoir un chat en étant allergique, c'est possible !!!!

    Nous avons vu qu'en respectant tout ou une partie de ces astuces, vous pourrez vivre avec un chat sans en souffrir. Sachez que si ces méthodes ne marchent pas, et que votre degré d'allergie est très élevé, vous pourrez conserver certains symptômes, mais pensez au bien être de votre animal et tentez une désensibilisation, si ce n'est pas déjà fait.
    Si vous ne pensez pas parvenir à vous contraindre à ce point, pas d'inquiétude ! Une partie seulement de ces conseils peut donner d'excellents résultats.

    J'espère qu'avec tout ça, vous avez maintenant conscience que vous pouvez avoir un chat en étant allergique et je vous souhaite d'en profiter au maximum (et qu'il n'aie pas trop peur de l'aspirateur) !

    Bonne continuation et grosses caresses à l'heureux élu ...

     

    (Article écrit par Arnie, membre du forum Chats & Compagnie link

     

     

                                              28d6142c.jpg 

     


    3 commentaires
  •  

        Suite à de nombreuses demandes, je vous confie ici ma méthode très simple d'emploi pour retrouver votre compagnon chat disparu , s'il est vivant encore, grâce à cette méthode vous avez un maximum de chances de le retrouver et ce rapidement ..
    J’expérimente cette méthode depuis plus de vingt années, années d’expérience de terrain, étant actuellement responsable bénévole de protection animale , j'ai décidé de vous en faire part, j'espère que cette annonce restera en ligne le plus longtemps possible car elle sera d'une grande utilité pour les gens qui ont perdu leur chat ou chaton. "

    Que vous ayez perdu votre chat près de chez vous ou ailleurs, sa réaction sera de se cacher immédiatement surtout s'il ne connait pas l' environnement ou il vient de s'égarer, s'il le connait ce peut être pareil suite à choc, douleur, grosse frayeur, maladie débutante le perturbant, lui donnant de la fièvre, troublant son audition, sa vue, etc.... "

    La méthode est simple, à la tombée de la nuit appelez le, à très haute et intelligible voix, tous les quarts d'heure ou vingt minutes, appelez le durant 5 bonnes minutes pleines et ce chaque demi heure minimum, durant minima 3 heures au total, cela fait minima "appeler votre chat 6 fois par soirée, plus si vous le désirez, Perso, j'appelle toutes les vingt minutes 5 bonnes minutes, Faites le calmement , fortement (tans pis pour les voisins ) jusqu'à 22h il n'y pas de tapage nocturne, de la tombée du jour à quelques heures plus tard, appelez le "sans relâche" toutes les demi heures minimum , chaque fois 5 minutes et vous recommencerez chaque soir pendant une dizaine de jours s'il faut, en général, votre chat va vous entendre dés la "première nuit", mais ne va pas bouger, vous repérer la "seconde nuit" , et repérer d'où vient votre voix et va sensiblement alors tenter de se rapprocher dès qu'il comprendra qu'il peut" s'appuyer sur votre voix "pour se réorienter et revenir, alors il va entamer sa plus longue marche , s'il est blessé, affaibli, cela lui sera difficile mais il reviendra même sur 3 pattes!!!!
    Il va vous falloir insister, l'encourager par vos appels incessants,, qu'il prenne confiance, il peut avoir perdu plusieurs kilos, être aphone, épuisé très gravement, etc...
    En général, il est dans un rayon de 250 mètres ou 300 mètres autour de l'endroit ou il s'est sauvé, et il vous entendra encore plus loin, car la nuit, la voix résonne, il ne faut pas avoir peur de l'appeler" fortement "par son" nom".(Il est bon d'habituer votre chat d'ailleurs au quotidien à un appel bien particulier)
    Il ne faut pas s'éloigner du point de départ ou bien si vous le faites, il faut le héler de l’extérieur du cercle de recherche vers>>> l’intérieur exclusivement, sinon, vous allez éloigner votre chat et ce n'est pas du tout le but ...

    Pourquoi est ce que cela fonctionne? Simplement parce qu'un chat vit dans un monde "d'odeurs, et de sons connus", que s'il se perd si les odeurs repères disparaissent cause pluie, endroit inconnu, etc...ou s'il ne voit plus bien suite à un choc, ou autre raison, il ne retrouve plus ses odeurs, ses marques , ses repères visuels et se perd, parfois même à 50 mètres de chez lui ou plus près, eh oui... et "peut paniquer et se terrer dans un coin, une cave, un tas de bois, un pare choc de voiture, etc "
    Cela marche après un mois d'absence,comme après plusieurs mois ou un an si le chat reconnait votre voix, le tout est que cela soit répétitif, à heures fixes, la nuit, et dure assez longtemps que votre chat vous entende et comprenne que vos appels seront répétés, chaque soir...

    Pourquoi le soir? Parce que" la nuit porte les sons" autrement plus loin vu le calme alentour, la voix porte à plusieurs centaines de mètres, le jour les autres bruits étoufferont le son de votre voix et ce sera peine perdue qu'il vous entende ...

    Un monsieur de mon village a retrouvé son chat après 3 mois de disparition, c'est actuellement notre record max, il est revenu très affaibli mais revenu..

    Je veux finir sur de l'espoir car il faut avoir du cœur au ventre, de la persévérance , là bas dans la nuit, votre chat vous espère, vous attend, il n'est sans doute pas trop tard, même six mois après, un an après, il peut être nourri par une voisine, un voisin, qui ne sait pas que c'est le vôtre, et sachez que le chat voit mal et surtout assez flou au delà de 6 mètres, il ne distingue pas les mêmes couleurs que nous; et se balade dans un univers de tons relativement gris., d'odeurs d’où le fait qu'il se perd facilement et souvent pas loin de chez lui..
    Si vous avez un peu de patience, beaucoup d'amour, une bonne voix qui porte un peu, pas peur d'appeler et de lancer votre voix dans la nuit, et un brin de chance, vous retrouverez votre chat...

    Cette technique est très fiable et fonctionne très très bien, elle va vous couter 5 minutes de votre vie chaque vingt minutes , quelques soirées dans votre vie, et vous retrouverez votre gentil compagnon perdu dans la nuit qui doit etre terrorisé, si vous le faites, au moins vous aurez tenté , plein de gens en ont bénéficié dans mon village, aux alentours et jusqu'à Nice déjà ,cela fonctionne très bien, ne l'attendez pas forcement le premier ou le deuxième soir, persévérez, minima une dizaine de jours, voir quinze jours;

    Je souhaite également dire aux gens qui déménagent que le chat a besoin de "plusieurs mois" pour prendre ses nouvelles marques, et qu'on ne "sort pas un chat " dans son nouveau jardin dés son arrivée, on attend minima un mois et demi à 3 mois , plus si on peux avant de sortir le chat, n'oubliez pas au passage de le faire vacciner, stériliser et surtout tatouer, avant de le sortir...
    Je n'y gagne rien qu'à vous aider à retrouver votre chat et ça c'est du bonheur!!!!...

    Vermifugez le s'il mange et va bien au niveau de ses selles, avec un produit vétérinaire et portez le pour une visite de contrôle chez votre véto des que possible .. Laisser si jardin gamelle au dehors, croquettes et eau, mettre aussi des affiches de partout avec la photo du chat et votre tel chez les commerçants du coin , téléphonez aux vétérinaires du secteur, pompiers, pour leur signaler la disparition de votre animal et laisser vos coordonnées; selon les communes, services de voiries, sur les site d'animaux perdus du net, etc... ....

     (Mlle Franckhauser (Responsable bénévole de Protection animale /83 )Var)

     

     

                                                     796724e8.gif


    30 commentaires
  •  

         Un chat est plus indépendant qu'un chien, et il peut rester seul quelque temps. Il faut pourtant respecter certaines règles pour que votre absence ne soit pas un moment de stress pour l'animal . 

     

         Laisser son chat seul : une question de caractère .... 
    Les chats réagissent tous différemment, comme les êtres humains. Un chat seul peut être très anxieux, mais peut aussi très bien s'habituer à la solitude.
    Adaptez-vous au caractère de votre chat. Ainsi, un chat indépendant peut rester plus longtemps seul. Si votre chat fait beaucoup de bêtises, évitez de le laisser seul longtemps. La maison reste un espace dangereux, et il est préférable que quelqu'un passe afin de s'assurer régulièrement que tout va bien.


         Une habitude à prendre :
    Laisser un chaton seul est déconseillé. Il n'est pas encore bien habitué à votre lieu de vie, et risque de commettre quelques bêtises. Celles-ci peuvent s'avérer dangereuses pour sa sécurité, et pour l'état de votre maison. Lorsqu'il est un peu plus grand, habituez-le progressivement à rester seul. Procédez par un allongement progressif de vos absences.


         Laisser son chat seul : combien de temps ?
    Il est difficile de laisser un chat seul plus d'un ou deux jours. Si vous partez plus longtemps, assurez-vous que quelqu'un passe chez vous vérifier si tout va bien. Laisser un chat seul plus de 4 ou 5 jours est vivement déconseillé, même avec la visite régulière d'un proche. Si vous devez vous absenter plus longtemps, vous pouvez faire appel à un organisme extérieur. De nombreuses solutions existent pour garantir la sécurité de votre chat en votre absence, comme les visites à domicile.


         A ne pas oublier !!!!!!!!!
    Veillez toujours à ce que votre chat ait :
    -une litière propre (les chats sont très propres et risquent de faire leurs besoins ailleurs s'ils trouvent leur litière sale) ;
    -suffisamment d'eau fraîche et de nourriture ;
    -de quoi se distraire (jouets, arbre à chat...) ;
    -une température ambiante suffisamment fraîche (surtout pendant les mois d'été).

         Si vous vous absentez souvent, sachez qu'il existe des distributeurs d'eau et de croquettes.
    Vous pouvez installer 2 litières. Lorsque l'une sera sale, le chat fera ses besoins dans l'autre et non dans un autre endroit de votre maison.
    Laissez toujours plusieurs bols d'eau à disposition du chat seul, même si vous avez un distributeur d'eau. En cas de dysfonctionnement de l'appareil, votre chat pourra toujours se rafraîchir.
    Une solution si vous êtes souvent absent : adopter deux chats, ils s'ennuieront moins ( Paroles de chats !!!!) 

     

     

     

        chat-lyn-estall.jpg  


    11 commentaires

  •   Tout comme nous, les animaux sont sensibles aux rayonnements ultra-violets, bien que leurs protections naturelles soient plus efficaces . Les maladies cutanées liées à l’exposition au soleil seraient en augmentation chez nos petits félins et certains d’entre eux sont particulièrement prédisposés . Viennent en premier les races sans poils ou à pilosité réduite, pour lesquelles la peau est directement exposée (Sphynx, Devon Rex…), suivis des chats de robe blanche dont la concentration en mélanine de la peau et des poils est beaucoup plus faible, voire nulle. 
      Les régions où les poils sont moins nombreux sont à surveiller attentivement, notamment le bord des oreilles, la truffe et les paupières . Les zones de blessures, de brûlures ou de cicatrices éventuelles sont également plus fragiles à cause de la dépigmentation.
      Ce qui ne simplifie pas les choses, c’est que les chats aiment généralement se pavaner et s’étendre au soleil, même aux heures les plus chaudes de la journée ...... Si votre chat est à risque, à vous donc d’en prendre soin pour éviter les complications, en le maintenant à l’ombre lorsque le soleil est au zénith (ce qui n’est pas toujours envisageable, j’en conviens !) ou en protégeant les zones sensibles à l’aide d’une crème solaire à indice élevé, achetée en pharmacie. Demandez conseil à votre vétérinaire.
      Les conséquences d’une exposition prolongée aux rayonnements solaires peuvent être graves pour nos petits compagnons. Les plus courantes sont les carcinomes épidermoïdes des oreilles et de la truffe, cancers cutanés dont les traitements sont souvent lourds et difficiles.
    Une fois de plus, mieux vaut prévenir que guérir !!!!!
       Les chats blancs, non seulement plus sensibles au soleil, sont plus fréquemment sourds que leurs collègues colorés ..... Tout est une histoire de génétique et pour faire simple, le gène entraînant la couleur "blanc dominant"  peut aussi être responsable d’une dégénérescence de l’oreille interne provoquant la surdité.
    Heureusement, l’anomalie ne s’exprime pas systématiquement et bon nombre de chats blancs entendent parfaitement bien, du moins quand ils veulent !!!!!!

    (Source Animal Clinic)

     

     

                                                        debb.jpg  


    6 commentaires
  •  

        Le «casse-tête» des locations : Dégradations, nuisances … c'est bien ce que redoutent le plus les "loueurs". Certains évoquent aussi les poils d'animaux pouvant être responsables d'allergies chez des vacanciers prenant la relève d'une location saisonnière après le passage des précédents occupants, propriétaires d'un animal. 

    Pour les locations saisonnières, tout se joue au cas par cas. En 2011, une association de consommateurs avait obtenu la nullité de l'interdiction d'un chien, d'un chat ou de tout autre animal domestique dans la rédaction des baux de locations saisonnières. Elle avait pour cela invoqué une loi de 1970 interdisant d'exclure la détention d'un animal domestique dans les baux d'habitation de manière générale. La cour de cassation avait tranché. De ce fait, les propriétaires pouvaient fort bien passer outre toute interdiction. Même écrite, celle-ci devenait une clause illicite. Dès lors qu'un animal ne causait ni dégradation ni gène - comme cela doit être le cas quel que soit l'endroit où les maîtres séjournent -, il était donc interdit d'interdire pour le propriétaire !!! 

    Marche arrière : l'article 96 de la loi de "simplification du droit" est revenu, début 2012, sur cette interdiction. Elle autorise désormais les propriétaires des locations meublées saisonnières de tourisme à interdire la présence d'un chien ou d'un chat ou de tout autre animal domestique.
    Seules sont concernées les locations meublées saisonnières de tourisme. Les locataires d'un logement non meublé ou d'un logement meublé qui n'est pas caractérisé comme une location saisonnière de tourisme ne peuvent pas interdire la présence d'un animal domestique. 
    Autant de raisons pour les maîtres préparant leurs vacances de se renseigner sur le type de location qu'ils entendent occuper et … toujours demander très clairement si la présence d'un chien ou chat est autorisée.

     

    (Source Le Figaro)

     

     

                                                                 0810292359381nl.jpg


    2 commentaires
  •  

     

        1ae40e3dac7a.jpg 

     

     

           Le chat est connu pour sa propreté, notamment lors de sa minutieuse toilette. Néanmoins, certains individus ont besoin de soins pour conserver un pelage propre et soyeux. Ce besoin est exacerbé pour le chat à poils longs ou restant en permanence à la maison, ainsi que pendant les périodes de mues du printemps et de l'automne . 

          Notre fascination pour les chats a engendré l'émergence de très nombreuses races aux couleurs et poils variés. Ainsi, chacun d'entre nous est aujourd'hui à même de trouver son bonheur parmi les robes gris bleu, noires, rousses, blanches, brunes ou un mélange de ces teintes. Que votre ami ait un pelage court (européen, chartreux, siamois), long (persan, birman) ou ondulé (rex), il nécessite des soins attentifs de votre part.

          L'entretien d'un chat à poils courts vivant à l'extérieur est limité. En effet, il s'acquitte en général de cette tâche tout seul. Si ce n'est pas le cas, il faut suspecter une maladie ou la présence de parasites. Par contre, le chat vivant à l'intérieur a besoin d'un brossage régulier. Celui-ci permet d'éliminer les poils morts et de diminuer leur ingestion lors de la toilette. Chez le chat à poils longs, un brossage quotidien prévient la formation de noeuds. Ces noeuds restreignent l'accès à la peau qui n'est plus lavée et devient le siège de lésions qui peuvent s'infecter. Il est plus sûr de les enlever avec une tondeuse qu'avec des ciseaux pour éviter de couper la peau! Pour ne pas devoir jouer au chat et à la souris à chaque séance de toilettage, il est important d'habituer son chat à être brossé dès son plus jeune âge. Il n'est pas recommandé de laver un chat en bonne santé. Cependant, si votre ami a fait une escapade particulièrement salissante, s'il a la diarrhée ou s'il ne parvient plus à se laver le dos et la région anale pour cause d'obésité, vous pouvez le laver avec de l'eau tiède et du shampoing pour chats.

     

     DANGER : BOULES DE POILS .

          L'amour que voue le chat à l'entretien de son pelage l'expose au danger des boules de poils. En effet, sa langue râpeuse accroche les poils morts qui sont avalés. Ils s'accumulent dans l'estomac et forment ce que l'on appelle des trichobézoards. Ces boules de poils causent dans un premier temps des régurgitations et des vomissements. Elles sont souvent éliminées de cette façon. Mais parfois, le chat ne parvient pas à les vomir et elles causent alors une obstruction du tube digestif provoquant des constipations et de l'anorexie.
          Pour éviter la formation de ces bouchons, des mesures préventives s'imposent, surtout pour les chats à poils longs vivant à l'intérieur. L'herbe à chat permet un apport de fibres améliorant le transit intestinal, et induit également des vomissements propices à l'élimination des trichobézoards. Enfin, il existe des pâtes lubrifiantes pour chat et des croquettes à haute teneur en fibres végétales réduisant l'accumulation des poils dans le tube digestif.

     

     (Source Agenda Des Chats de GEO)

     

    PS : Pour la prévention des boules de poils je donne à Callis et à Balrog de la pâte de Malt . La quantité d'une noisette pendant une semaine tous les mois . De plus ils adorent !!!!!!!  


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique