• NAISSANCE DU MOT CHAT : 

    Ce n'est qu'à partir du 12ème siècle (1ère mention dans un manuscrit en 1175) que le mot "chat" apparaît dans le vocabulaire francophone. Avant on employait le terme latin de "Cattus", probablement dérivé du Syrien "Gato". Ce terme servira ensuite de base à l'ensemble du vocabulaire européen : "cat" en anglais, "gato" en italien et en espagnol et "Katze" en allemand. Les romains employaient le mot "Felis", sans doute dérivé de "Feles" qui signifie voleur, chapardeur. Les Egyptiens, eux, appelaient leur chat "Myeou"... 

    SON HISTOIRE

    50 millions d'années avant notre ère : existence des miacidés, considérés aujourd'hui comme l'ancêtres des chats.
    30 millions d'années avant notre ère : apparition du Dinictis, premier félin connu.
    15 millions d'années avant notre ère : Les félidtés se diversifient en plusieurs familles : félinés (petits félins), panthérinés (grands félins) et acinonychidés (type guépard).
    3 à 5 millions d'années avant notre ère : La plus part des 40 espèces de félins actuels étaient déjà représentés tels que nous les connaissons aujourd'hui.
    3000 av J.C. environ : dans l'Egypte ancienne, on se sert des chats pour combattre les rats qui véhiculent la peste.
    Puis ils les adoptent en tant qu'animaux de compagnie, pour finir par les considérer comme des dieux. Ils leur donnent alors le nom de Miw. Lorsqu'un Miw meurt, son maître entame un deuil et mommifie le chat pour l'emmener au grand temple de Bastet, la déesse chatte.
    2000 av J.C. : les Chinois domestiquent les chats à leur tour.
    2000 - 400 av J.C. : toute l'Europe adopte les chats en tant qu'animal de compagnie.
    Moyen Âge : inquiète des relations entre le paganisme et l'emblême du chat, l'Eglise catholique pourchasse, persécute et sacrifie ces animaux. La croyance selon laquelle une sorcière pouvait revêtir l'apparence d'un chat se répand alors, et des milliers de chats sont brûlés vifs.
    2000 - 400 av J.C. : toute l'Europe adopte les chats en tant qu'animal de compagnie.
    XVIIe siècle : le chat trouve une place prépondérante auprès des artistes, la bourgeoisie et l'aristocratie comme animal de compagnie.
    XVIIIe siècle : les anglais se prennent de passion pour les chats. Ainsi commencent les premières expositions félines. 

    LEGENDES :

    L'arche de Noé  :

    Les chats ne figurent pas parmi les animaux que Noé embarqua sur son arche. En revanche, rats et souris s'y reproduisaient si bien qu'ils envahirent le navire, leurs agaceries tourmentant les autres animaux : l'une des souris avait grimpé sur la tête de la girafe et s'était proclamée vigie du bateau, une autre parvient même à se glisser dans la trompe d'un éléphant...qui, depuis cette aventure, a une peur irraisonnée des petits rongeurs ! Les animaux vinrent se plaindre à Noé, qui tint aussitôt conseil avec leur roi, le lion. Celui-ci éternua à deux reprises et deux lions miniatures sortirent de ses narines et s'élancèrent aussitôt à la poursuite des souris, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'un couple de chaque espèce de rongeurs. Mais le mauvais caractère du chat (mini lion) contraignit Noé à le maintenir attaché sur le pont lors d'une tempête. C'est de cette épreuve que découlerait la peur de l'eau de nos amis félins.

    Une autre légende affirme que la lionne délaissée par son royal mari fauta avec un singe. Le lion entra dans une colère folle, mais Noé parvient à le calmer : les félins engendrés resteraient de petite taille ; en compensation ils allieraient le courage du lion à l'esprit inventif du singe.

    Une autre légende explique que le chat était en retard pour monter dans l'Arche qu'avait construite Noé. Il arriva juste au moment où Noé ferma la porte et sa queue y resta prise de sorte qu'elle fût coupée. Ce petit chat sans queue est aujourd'hui appelé le Chat de l'Ile de Mans

     

    Légende Grecque :

    Appolon, afin d'effrayer sa soeur Artémis, créa le lion. Toutefois, Artémis ne fut pas si facilement effrayée et lui répliqua en créant le chat. Or Artémis personnifiait la Lune. Pour cette raison, les Grecs disaient que la Lune avait accouché d'un chat. Cette allusion à la lune est d'ailleurs omniprésente dans les légendes de plusieurs peuples puisque la création du chat est généralement liée aux astres du jour. Cette dualité soleil et lune rejoint d'ailleurs la dualité occidentale du bien et du mal.
    De plus cette association à la lune va donner au chat une ligitimité pour le désigner comme compagnon des sorcières au court du moyen Age, ceux-ci seront donc chassez et exterminés.

     

    Légende Egyptienne : Bastet :

    Le grand Nil demeurait noir et les chacals restaient silencieux. C'est qu'un serpent cobra avait avalé le soleil, Râ le magnifique. L'Égype entière était sombrée dans les ténèbres! C'est alors que Bastet, déesse à tête de chatte, fut envoyée sur la terre. N'écoutant que son courage, elle planta ses crocs dans la nuque du cobra qui dut rendre et l'âme et le disque brillant. Le Nil sortit enfin de la nuit qui avait failli être éternelle. Et Bastet, ayant planté ses crocs tout près du soleil, avalât de son éclat. Elle le transmit à ses descendants. C'est ainsi que la pupille des chats se rétracte pour faire de leurs yeux un cercle lumineux comme celui de Râ. 


    votre commentaire
  • A quoi est due la teigne ?
    La teigne est due à la prolifération dans la peau et dans le poil de champignons microscopiques.
    Plusieurs agents de teignes peuvent atteindre le chat et les autres animaux (dont l'homme). Le champignon le plus fréquent chez le chien et le chat s'appelle Microsporum canis.

    Ce champignon est apporté par l'environnement contaminé (les spores peuvent survivre jusqu'à un an dans le milieu extérieur) ainsi que par les accessoires du chat, par l'homme ou par d'autres animaux porteurs (certains animaux peuvent être porteurs sains, c'est-à-dire sans symptômes).
    Il est donc important de bien désinfecter tout ce qui est en contact avec l'animal contaminé, de se laver les mains après avoir manipulé l'animal et d'utiliser un traitement fongicide dans la maison (fumigènes). 
    Symptômes :
    Les champignons pénètrent dans la peau par des micro-lésions comme des piqûres d'insectes. C'est pourquoi un contrôle anti-parasitaire permet de limiter l'infection.
    La multiplication et l'apparition des lésions se font chez certains sujets sensibles. On ne connaît encore pas très bien toutes les causes de sensibilité individuelle.
    Mais certaines causes comme les carences alimentaires, le parasitisme digestif, les changements d'environnement et le stress en général, expliquent une baisse des défenses immunitaires sans doute responsable pour partie du développement de la maladie.

    Les signes de teigne peuvent être divers et variés. La lésion typique est une dépilation, taillée à l'emporte-pièce dans le pelage d'un diamètre de 1 à 8 cm. Les lésions sont localisées sur tout le corps avec une plus grande fréquence sur le dos et vers la tête.
    Il existe d'autres formes plus déroutantes comme :

    • une alopécie diffuse,
    • une atteinte uniquement des griffes,
    • l'apparition de croûtes.


    Les teignes ne démangent généralement pas, elles n'affectent pas l'état général de l'animal et elles sont très contagieuses entre carnivores mais également pour l'homme ce qui fait de la teigne une zoonose ennuyeuse.
    Diagnostic :
    La suspicion clinique est établie sur l'aspect des lésions. Ensuite, le vétérinaire procède à un diagnostic expérimental qui peut se faire à l'aide de 4 examens :

    • l'examen à la lampe de Wood,
    • l'examen direct des poils,
    • la mise en culture,
    • la biopsie cutanée.

    Il existe des animaux porteurs sains de la teigne (c'est-à-dire sans qu'il y ait de lésions).
    Votre vétérinaire pourra faire des prélèvements et éventuellement une culture pour identifier précisément l'agent en cause.
      Traitement :
    Le traitement des teignes est souvent long et nécessite des soins locaux et généraux. Le traitement de l'animal en lui-même doit être rigoureux et il convient de traiter tous les animaux vivant ensemble qu’ils soient porteurs ou non de lésions.

    • Sur les lésions localisées, on utilise des traitements fongicides locaux.
    • En parallèle, on donne par voie orale un antifongique. Ce traitement par voie orale est à éviter chez les femelles gestantes car ils présentent un risque tératogène.


    La durée du traitement est en moyenne de 3 à 4 semaines.
    Le traitement de l'environnement est un point essentiel de la prophylaxie car les spores peuvent survivre jusqu'à un an.
    Il faut passer régulièrement et minutieusement l'aspirateur, brûler les sacs d'aspirateur et passer les surfaces à l'eau de Javel ou à la chlorhexidine.
    Il faut aussi désinfecter tous les objets pouvant être contaminés (coussin, matériel de toilettage, couvertures, etc.) en les faisant bouillir et en les passant à l'eau de Javel ou à la chlorhexidine.

    Enfin, il existe des bombes fumigènes qui peuvent rendre de grands services pour la désinfection générales des locaux.
    En bref :
    La teigne est une affection très contagieuse et surtout longue à traiter. Il faut donc très bien suivre le traitement prescrit par le vétérinaire et ne pas hésiter à aller en consultation de contrôle pour vérifier que votre chat est bien guéri et qu'il n'a plus la teigne.
    Car, en cas d'arrêt trop précoce du traitement, les risques de récidives sont importants.


    votre commentaire
  •  COMMISSION NATIONALE DE PHARMACOVIGILANCE VETERINAIRE RAPPORT D'EXPERTISE DE PHARMACOVIGILANCE relatif à l'AVIS CNPV 02 du 9/12/2003 

    Evaluation des effets indésirables à court et moyen terme des progestatifs oraux à base d'acétate de mégestrol utilisés pour la prévention et l'interruption des chaleurs chez les carnivores domestiques.
    Commission du 9 décembre 2003

    La Commission Nationale de Pharmacovigilance Vétérinaire a été saisie le 30 mai 2002 par lAFSSA ANMV (Agence nationale du médicament vétérinaire) d'une demande d'avis relative aux effets indésirables à court et à long terme des progestatifs oraux à base d'acétate de mégestrol utilisés pour la prévention et l'interruption des chaleurs chez les carnivores.

    Cette demande résulte de deux plaintes émanant de propriétaires de chatte et faisant état, après prise d'un médicament vétérinaire à base d'acétate de mégestrol de l'apparition d'un pyomètre compliqué d'insuffisance rénale aiguë après une seule prise, de tumeurs mammaires après plusieurs prises.

    Dans les deux cas, les affections utérine et mammaire ont entraîné le décès de l'animal.

    Ces plaintes insistent sur la carence d'informations concernant les risques accompagnant la prise de ce médicament à la fois sur la notice du médicament et lors de l'achat chez le pharmacien (ce produit étant distribué exclusivement dans les officines).

    L'acétate de mégestrol est un progestagène stéroïde synthétique dérivé de la progestérone utilisable uniquement par voie orale.

    Son effet contraceptif résulte de l'inhibition au niveau hypothalamique de la sécrétion pulsatile de GnRH et donc secondairement, de la sécrétion cyclique hypophysaire de FSH et de LH, induisant ainsi un anoestrus prolongé.

    Cette molécule, comme les autres progestagènes de synthèse, a également une affinité non sélective pour les récepteurs à la progestérone présents dans les organes cibles des hormones stéroïdes sexuelles comme l'utérus et les mamelles : sur l'utérus, l'acétate de mégestrol peut induire une hyperplasie glandulokystique d'intensité variable et sur la mamelle elle provoque une augmentation de la production locale de facteurs de croissance GH (hormone de croissance) et IGF 1-5 (Insuline like growth factors) conduisant à une hypertrophie mammaire. Elle possède également une action centrale sur le système limbique et antagonise l'effet de l'insuline.

    Médicaments vétérinaires à base d'acétate de mégestrol pour le traitement et l'interruption des chaleurs chez le chat.

    Felipil
    Megecat
    Mégépil
    Pilucalm
    Minipil
    Pill'kan
    Megedine
    Opochaleurs

    Certains de ces médicaments vétérinaires, Mégécat, Mégédine peuvent être aussi utilisés pour traiter les dermatites miliaires. (NDL : derma-chat, ancien de pruritex).

    Effets secondaires de l'acétate de Megestrol :

    Tumeur de l'appareil génital
    Tumeur des ovaires ou de l'utérus
    Pyomètre
    Métrite, pertes vaginales
    Hypertrophie utérine
    Tumeur de la glande mammaire
    Hyperplasie mammaire
    Oeudème de la glande mammaire
    Abcès de la glande mammaire
    Hypertrophie la glande mammaire
    Effet sur la reproduction : Mort foetale / momification
    Hyperglycémie
    Hypoglycémie
    Congestion, cyanose
    Alopécie
    Erythème
    Déshydratat ion cutanée
    Prise de poids, perte de poids
    Hyperesthésie, agressivité
    Dépression, apathie, léthargie
    Ataxie, parésie
    hyperthermie, hypothermie,
    procidence de la 3ème paupière
    anémie, lymphocytose,
    thrombocytopénie
    insuffisance rénale, tumeur rénale,
    hématurie
    Incontinence urinaire

    Foie : cirrhose, ictère, tumeur hépatique
    Poumon : dyspnée
    Abdomen : Douleur abdominale, péritonite, pancréatite
    Tractus digestif : anorexie, polydipsie, salivation, vomissement, constipation, diarrhé.

    Aucune information sur le délai d'apparition des effets indésirables par rapport au début du traitement n'est disponible. Toutefois, lorsque l'on dispose de l'information, de très grandes variations sont relevées quant au moment d'apparition des pyomètres ou tumeurs mammaires : de 2 jours après le début de la prise à 10 ans pour l'apparition d'un pyomètre et de 15 jours à 6 ans pour l'apparition d'une tumeur mammaire.

    Données concernant l'utérus.

    L'hypertrophie de l'endomètre due à l'acétate de mégestrol est prouvée chez 10 chattes préalablement ovariectomisées recevant 10 à 30 mg d'acétate de mégestrol par semaine . Les lésions, sauf chez une chatte qui déclare un pyomètre (lot 30 mg), régressent partiellement après l'arrêt du traitement. Elles existent également chez les chattes non ovariectomisées .
    Une étude a permis de mieux cerner le pourcentage de métropathies : 1 cas pour 244 chattes traitées pendant 3,5 ans.

    Données concernant la mamelle :

    Dans l'espèce féline, l'acétate de mégestrol provoque des effets au niveau de la mamelle et des hypertrophies mammaires. Des auteurs ont établi le lien entre les modifications non néoplasiques dominées en fréquence par la fibroadénomatose et la distribution de l'acétate de mégestrol.

    Une enquête très récente du GERES (groupe d'étude en élevage et sport canin) conduite par le Dr Martine LENNOZ (résultats non encore publiés) a montré que sur 53 cas de fibroadénomatose, 13 avaient reçu un traitement progestagène et que ces proliférations mammaires peuvent survenir dès la première imprégnation hormonale avec des doses d'acétate de mégestrol normales. L'apparition des hyperplasies mammaires impose un arrêt du traitement progestagène. La régression des lésions est souvent incomplète .

    Le lien entre acétate de mégestrol et cancer de la mamelle n'est pas prouvé mais suspecté : une première publication relate que 3 cancers sur les 17 cas de modifications mammaires sont dues à l'acétate de mégestrol et une seconde signale que sur 17 cas de carcinome mammaire, 4 se sont développés sur des chattes recevant de la progestérone.

    Autres données :

    De nombreuses publications font le point sur les effets indésirables, décrits chez le chat suite à l'administration d'acétate de mégestrol tels que hypoadrénocorticisme, diabète sucré, modifications comportementales (agressivité ou dépression, polyphagie) et prise de poids.


    votre commentaire
  •  Qu'entend-on par fenêtre oscillo-battante?

    Il s'agit d'une fenêtre à un vantail équipée de deux systèmes d'ouverture : à la française et à soufflet ou parfois à projection.

    La fenêtre peut soit s'ouvrir complètement de manière classique, soit basculer vers le haut et rester entrouverte. On peut ainsi aérer sans risquer d'être cambriolé.

    En quoi ces fenêtres sont-elles dangereuses pour nos chats?

    Lorsque la fenêtre est ouverte de cette façon, il existe un espace libre entre l'encadrement et le haut de la fenêtre. Cet espace très réduit, s'il empêche un être humain de pouvoir pénétrer dans une maison ou un appartement, peut néanmoins laisser passer un petit animal.... comme le chat.

    Mais lorsque le chat passe par cette ouverture, il ne peut plus se dégager. Et plus il se débat et cherche à se sortir de là, plus il est entraîné par le poids de son corps dans la pointe du triangle formée par la fenêtre et le montant. Ses griffes n'ont aucune prise. C'est comme si son corps était pris dans un étau qui se resserrerait progressivement sur lui. Mort par étouffement, hémorragie interne etc..., telles sont les conséquences de cette compression qui pourrait bien être évitée si tout le monde connaissait les risques de ces fenêtres.

    "Quelle précautions prendre pour qu'un tel drame ne se produise pas?

    - Ne pas utiliser cette façon d'entrouvrir la fenêtre si vous possédez un chat. Évitez carrément ce type de fenêtre.

    - Sécurisez par un petit filet de protection fixé de part et d'autre de la fenêtre si vous souhaitez malgré tout continuer à ouvrir votre fenêtre de cette façon.

    Des solutions?

    Il faudrait que les fabricants prennent conscience du danger occasionné par ce type de fenêtres pour nos animaux domestiques et inventent un procédé qui empêcherait les chats de passer dans l'espace pourtant réduit de ces fenêtres ouvertes en oscillo battant.

    Quel beau slogan ce serait : " Machinchose, la fenêtre oscillo-battante qui pense à la sécurité de vos animaux!!!! " . Et quel impact publicitaire aussi! N'oublions pas que nous sommes plusieurs milliers de propriétaires de chats et que notre nombre n'est pas près de diminuer dans les années à venir. Au contraire.

    Quant on aime son chat, qu'on le laisse sortir ou qu'on l'en empêche par peur de le perdre ou qu'il ne lui arrive quelque chose à l'extérieur, on n'a pas envie de le retrouver mort dans l'embrasure d'une fenêtre !!!! 


    votre commentaire
  •  

    La propreté naturelle du chat :

    On dit souvent que le chat est un animal naturellement propre. Un chat passe en effet beaucoup de temps à faire sa toilette et à se lécher minutieusement. Mais la propreté concernant les besoins naturels, bien que souvent instinctive, n'est pas toujours innée. C'est pendant les premières semaines de sa vie, avec sa mère, que le chaton va apprendre à ne pas souiller l'endroit où il dort et mange, puis à faire ses besoins dans un endroit déterminé.

    A sa naissance, le chaton ne fait pas ses besoins tout seul. C'est la mère qui, en léchant le ventre et la région anale de son petit, va déclencher l'excrétion.
    Au bout d'environ trois semaines, l'élimination se fait sans l'aide de la mère et le chaton, qui se déplace seul, va suivre sa mère et apprendra ainsi l'utilisation de la litière. En quelques jours, le chaton a compris, et il est généralement propre au moment du sevrage, c'est à dire vers 6 à 7 semaines.

    Que faire si la maman chat ne remplit pas son rôle?

    Lorsque la mère ne remplit pas son rôle de «professeur», soit parce que le chaton est orphelin, soit parce que la chatte n'a pas de comportement maternel et qu'elle délaisse sa portée, c'est à vous de prendre en main l'éducation du ou des chatons. Pour des chatons orphelins à la naissance, vous devrez reproduire l'effet du léchage de la mère après les repas, c'est à dire frotter le petit (avec un gant de toilette humide par exemple) en insistant sur le ventre et le périnée.

    Lorsque le chaton est plus âgé et qu'il se déplace hors de son panier, il faut placer à proximité un bac rempli de litière pour chat. Attention, la litière devra être placée à plus de deux mètres de sa gamelle, car un chat élimine toujours loin de l'endroit ou il mange. Vous devrez alors placer régulièrement le chaton dans sa litière, principalement après les repas, mais aussi après une longue sieste par exemple.

    Quand il a terminé ses besoins, laissez le chaton tenter d'«enterrer» ce qu'il a fait, car c'est une activité instinctive qui fait partie du rituel d'élimination. Prenez soin de garder toujours la litière propre: un chat est très sensible aux souillures et aux odeurs et peut préférer éliminer ailleurs s'il n'est pas satisfait de la propreté de sa litière.

    Que faire lorsqu'on adopte un chat et qu'il n'est pas propre ?

    Si vous venez d'accueillir un chat dans votre maison, il est important de lui laisser le temps de s'habituer à son nouvel environnement. Placez sa litière dans une pièce et portez le chat jusqu'à son bac plusieurs fois par jour, notamment après les repas ou la sieste. Le chat suivra son instinct et devrait rapidement comprendre l'utilisation de la litière en tant que «toilettes».

    Si vraiment votre chaton ne veut pas faire ses besoins dans sa litière, vous pouvez utiliser "l'amour" de la propreté du chat et de son principe territorial (il se crée différentes zones ou territoires ayant chacune une fonction précise : alimentation, repos, élimination, jeux...) qui veut qu'il ne souillera pas les endroits où il dort et où il mange. Pour cela, vous pouvez placer votre chaton dans un espace restreint (un mètre carré) pendant environ une semaine. Dans cet endroit, vous déterminerez un endroit de couchage, un endroit pour manger et un bac à litière séparé des deux autres endroits par un petit paravent. Votre chaton utilisera alors très rapidement le bac pour y faire ses besoins puisqu'il ne pourra pas les faire ailleurs. Il assimilera alors le bac comme la zone d'élimination, vous pourrez alors le libérer et lui laisser un libre accès dans votre habitation.

    Les félins sont attirés par certaines odeurs ammoniaquées. Quelques erreurs sont à éviter lors du nettoyage des endroits souillés par le chat: n'utilisez jamais de la javel ou de l'ammoniac qui renforcent l'odeur et incite l'animal à retourner faire ses besoins à cet endroit. Nous vous conseillons de nettoyer ces endroits à l'eau et de couvrir l'odeur d'urine avec du vinaigre blanc par exemple.

    Il existe de nouveaux produits répulsifs, dont l'odeur (qui est désagréable pour les chats) empêchera votre chat de faire ses besoins à l'endroit où vous les pulvériserez. Un chat adulte doit toujours être propre. S'il élimine à coté de sa litière plusieurs causes sont possibles :

    • -la nature de la litière ne lui convient pas,
    • -l'emplacement de la litière ne lui convient pas,
    • -il souffre d'une maladie de l'appareil urinaire (et doit donc être emmené en consultation chez un vétérinaire).

     

    Le marquage du territoire :


    Les chats adultes (notamment les mâles non castrés), ont la fâcheuse habitude de marquer leur territoire, en l'occurrence la maison, par de petits dépôts d'urine sur des parois verticales en des lieux «stratégiques»: lieux de passage ou de vie comme les portes, les fenêtres, le couloir etc... Ce phénomène étant principalement poussé par l'instinct sexuel, la stérilisation est un moyen efficace de supprimer le marquage de territoire ainsi que tous les autres problèmes de comportement de l'adulte entier.

     


    votre commentaire
  •    Le langage des félins est composé d'un grand nombre d'expressions et de sons particuliers. Le chat a d'ailleurs la possibilité de communiquer en direct ou à distance.
    En observant votre compagnon, vous apprendrez à déchiffrer son langage personnel car chaque chat a son caractère. Néanmoins, nous allons vous aider à mieux le comprendre et à communiquer avec lui…

    Communiquer par la voix :

    Ronronnements miaulements, sifflements sont autant de modes de communication pour votre félin. Le répertoire vocal du chat comprendrait 16 vocalises différentes chez l'adulte et 9 chez le chaton.
    On distingue les murmures émis gueule fermée, les « voyelles » émises en fermant progressivement la gueule et les cris avec la bouche ouverte.
    Le miaulement constitue une demande. Suivant sa tonalité, il se fait chuchotement ou protestation.

    A savoir :
    -Votre chat vocalise en boucle, avec peu de silences entre deux miaulements ? Il connaît alors une situation plutôt positive, excitante.
    -Votre chat émet des vocalises courtes espacées par de longs silences ? C'est une façon de lancer un S.O.S. D'ailleurs, les chatons utilisent ce signal pour alerter leur mère.

    Les ronronnements sont associés au plaisir la plus souvent mais aussi parfois à l'anxiété : le chat ronronne alors pour se rassurer lui-même.
    Les sifflements ou crachements sont la manifestation de la colère ou de la peur : dans ce cas, mieux vaut le laisser en paix…

    Comprendre son chat : Il arrive que votre chat présente un claquement de dents associé à un miaulement ? Ce comportement est caractéristique d'un chat qui regarde une proie. Votre chat le fait peut-être lorsque vous lui préparez son repas.



    Communiquer par le corps :

    Les oreilles et la queue en disent beaucoup sur l'état d'esprit de nos félins.
    Offensif ou défensif ? Les oreilles sont tournées vers l'extérieur, la posture est offensive. Si elles se trouvent en arrière, il a adopté une stratégie défensive. Votre chat peut d'ailleurs passer très rapidement d'une posture à l'autre.
    Mais votre chat peut tout simplement être en confiance et écouter les bruits de son environnement : ses oreilles sont alors droites, légèrement pointées vers l'avant, mobiles et indépendantes l'une de l'autre. Regardez votre chat ! Parfois il somnole en écoutant les bruits de la maison. S'il entend un bruit inhabituel, ses oreilles se pointent alors vers l'avant.

    Attention !
    Sentiment de peur : Quand la peur s'installe, les oreilles se couchent, le cou est rentré, la queue est sur le sol, agitée de petits mouvements nerveux. Cette agitation de la queue signifie souvent un début d'attaque alors attention !
    Sentiment de colère : Avec la colère, le corps s'élève, le poil se dresse, la queue dessine un arc, les crocs sont sortis et les griffes aussi !

    Les mouvements de la queue sont, en effet, des indicateurs facilement perceptibles par le propriétaire. Le balancement de la queue indique une émotion, qu'elle soit positive ou négative, mais le plus souvent, c'est un signe annonciateur d'agression.
    Les poils de la queue se hérissent lors de chaque forme d'agression (par irritation, territoriale, par peur…)

    Toujours là pour vous accueillir : A votre arrivée, votre chat arrive vers vous de face, la queue relevée, verticale ou légèrement recourbée à son extrémité. Il se sent en confiance et est attaché à vous. Cet accueil se termine souvent par un frottement contre vos jambes.


    Communiquer par le contact :

    Les caresses et les câlins sont indispensables au chaton, dès son plus jeune âge et c'est souvent les chatons qui ont été les plus manipulés qui deviennent les adultes les plus câlins et les plus attachés aux humains.


    Communiquer par l'odeur :

    Outre la forte odeur d'urine des chats entiers marquent leur territoire (voir la fiche sur « le marquage du territoire du chat »), tous les chats communiquent avec des phéromones qui sont des marques odorantes qui permettent de créer une atmosphère rassurante pour le chat. Le chat adopte ce comportement de frottement à l'égard des objets et des personnes appréciés et lorsqu'il retrouve cette odeur sur vous ou sur un objet, cela le rassure et le tranquillise : il se sent dans son univers.
    L'absence de ces marques odorantes est stressante pour le chat : lors d'un déménagement par exemple ou même seulement d'un changement de mobilier…

    A savoir : Les frottements des chats pour déposer leurs phéromones sont effectués essentiellement sur leurs lieux de passage comme pour baliser leur territoire. C'est pour cela, que changer la disposition de votre mobilier peut être très perturbant pour votre chat.


    Communiquer par les griffades :

     

    Le griffage de certains arbres, des coins de votre canapé ou de vos meubles, semble être un véritable signal visuel pour votre chat, avec, bien sûr, une composante olfactive.

    A savoir : Les lieux griffés sont essentiellement placés à côté des lieux de repos (ce comportement est souvent pratiqué au réveil, il permet aussi au chat de s'étirer), et sur les lieux de passage.
    C'est pour cette raison que l'utilisation du griffoir ou de l'arbre à chat par votre félin dépend essentiellement de son emplacement.


    Toutes ces informations vous permettront de mieux comprendre votre chat et d'améliorer la communication entre vous et votre félin. Cela contribuera à son bien-être.


    votre commentaire
  • L'acquisition d'un chaton ou d'un chat adulte est toujours un événement important et une décision à long terme. En effet, un chat vit en moyenne 15 à 20 ans, pendant lesquels il faudra assurer ses besoins matériels (nourriture, soins vétérinaires) autant qu'affectifs.
    Au moment d'adopter un chat, pensez aux conséquences que l'arrivée d'un nouveau compagnon va impliquer même si un chat entraîne tout de même moins de « contraintes » qu'un chien.
    Chaton ou chat adulte ?
    Un chaton est toujours très vif, il est très joueur et souvent prêt à faire quelques bêtises… Il faut donc savoir lui consacrer du temps pour jouer avec lui. Même si on dit que le chat est un solitaire, un chaton n'appréciera pas d'être laissé seul toute la journée. Il faut donc lui ménager du temps. Les traits de caractère du chaton se forge nt en grandissant : on ne peut donc pas savoir à l'avance la personnalité du chaton. C'est la surprise

    Adopter un chat adulte est une expérience toute aussi enrichissante bien que différente. Un chat adulte a déjà son caractère : parfois indépendant, parfois très câlin mais il ne changera pas. Donc, ceci est parfait pour pouvoir choisir le chat selon son propre caractère et son mode de vie. Ceci permet d'avoir moins de surprises car un chat très câlin le restera alors qu'un chaton câlin peut devenir un adulte plus indépendant.
    Il faudra donc apprendre à se connaître et s'apprivoiser mutuellement.
    Contrairement aux idées reçues, tous les chats adultes disponibles à l'adoption ne sont pas caractériels. De nombreuses personnes sont obligées de se séparer de leur animal pour cause de décès, d'allergie ou suite à un déménagement par exemple. Avant d'adopter un chat, il est donc conseillé de bien se renseigner sur son histoire et d'observer son comportement et son caractère. Concernant le comportement général, un chat adulte est souvent plus calme qu'un chaton. Un chat adopté s'adapte généralement très vite à sa nouvelle vie et est souvent particulièrement attaché à ses nouveaux maîtres.
    Chat de race ou chat de gouttière?
    Vous appréciez une race particulière, pour sa beauté ou son caractère, alors n'hésitez pas !
    Mais renseignez-vous bien sur les caractères liés à la race car par exemple un chat Siamois a besoin d'être toujours près de ses maîtres et est assez « collant » et bavard donc il ne faut pas avoir envi d'un chat indépendant et silencieux !

    En revanche, si vous souhaitez un compagnon de tous les jours sympathique et attachant, alors un chat de gouttière vous rendra certainement très heureux. D'autant que certains chats croisés sont de véritables beautés…

    Mâle ou femelle ?
    Si vous faites stériliser précocement votre chat, le fait qu'il soit mâle ou femelle n'entraînera pas beaucoup de conséquences sur son caractère. Un chat mâle reste néanmoins souvent plus câlin avec les femmes et les femelles ont souvent une préférence pour les hommes.
    En revanche, pour les animaux non castrés, un mâle, s'il n'est pas castré, sera plus bagarreur, souvent fugueur et surcout il marquera son territoire par des jets d'urine.
    Dans ce cas, si vous ne souhaitez pas faire reproduire votre chat, la castration est vivement conseillée dès l'âge de 6 ou 7 mois.

    Une femelle non stérilisée présente aussi des périodes de chaleurs parfois pénibles à supporter avec des miaulements incessants et des fugues associées.
    Si vous ne voulez pas avoir des petits, la stérilisation chirurgicale est idéale, elle permet de plus d'éviter des maladies telles que les grossesses nerveuses, les infections de l'utérus, les tumeurs mammaires, etc... 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique