• Abandon, témoignage d'un chat :

    Texte écrit par Lana du forum Chats&Cie . Je vous le transmets avec son aimable autorisation :

     

    Je les ai regardé partir.

    Les toutes premières choses dont je me souviens, c'est cette chaleur ambiante qui me collait à la peau, cette douceur délicate qui m'entourait et l'odeur du lait. Le lait de ma maman. Que j'étais bien , contre elle. J'avais deux petites sœurs, l'une des deux, je ne me rappelle pas tellement. J'étais si bien. Mais ça n'a pas duré longtemps. Quelques jours, semaines sont passés. La plus petite de mes sœurs est morte. Les humains ne se sont jamais vraiment occupés de nous. Un jours d'autres sont venus, m'ont touché, m'ont porté. Il m'ont emmené. Je n'ai plus jamais revu maman. Si j'avais pu, je leur aurait hurlé de me laisser avec maman. Ma maman. Je devais avoir 1 mois, peut être 2.

    J'ai rencontré Léo, leur petit humain. Il aimait bien jouer au ballon. Il me mettait dans l'angle de sa chambre, et m'envoyait le ballon dessus. Mais un jour, j'ai griffé Léo. Et là, mon histoire a commencé. On m'a mit dans le jardin. J'avais des croquettes, et du terrain. Plus de câlins, plus rien. Et deux jours après, ils m'ont déposé chez d'autres humains. J'aurais tellement voulut savoir pourquoi, je l'aimais bien cette maison. Encore une fois, on m’enlevait a mon chez moi. 

    Je les ai regardé partir.

    Ils sont gentils avec moi, ils me donnent à manger. Seulement, je suis encore un bébé, et quand je joue je leurs fait mal ... Ils ne comprennent pas pourquoi, s'étonnent. Je ne suis pas une peluche. 
    Deux mois ont passés, mais aujourd'hui, je me sens mal. Hier, je suis tombé du balcon, il n'y a qu'un étage, mais quand même, je me suis fait mal. Alors je reste sous le lit , dans la chambre. Je n'ai pas faim. 
    L'humaine pense que maintenant que j'ai goûté à la nature, je boude parce que je veux y retourner. Elle ne m'a pas emmener chez le vétérinaire, c'est trop cher dit elle. 
    Le lendemain matin, elle m'a mit dans la boite et on est parti . Dans un endroit meilleur pour moi qu'elle a dit. 
    Elle a posé la cage par terre, l'a ouverte. Et je suis sorti en courant. Des arbres, des arbres à perte de vue. Des grands, des petits, des verts, des jaunes. J'aimerais courir au milieu, mais j'ai toujours mal. 
    La voiture part. Elle me laisse là. Pourquoi ? 

    Je l'ai regardé partir.

    J'ai passé toute la journée à profiter du soleil, mais là, la nuit commence à tomber. J'ai peur. 
    Il fait froid. La lune est déjà haute dans le ciel. Les branches grinces, une chouette hulule. Je me demande comment mes prochains jours vont se passer. Une nuage passe devant la lune, la seule lumière qui pouvait encore me réchauffer.


    Prochains jours ? J'étais bien optimiste. ça doit faire des mois et des mois que je suis seul. Je suis maigre, mes côtes saillent sous mon pelage sale et collé. Je ressemble a un vieux chat de 20 ans. J'ai toujours un peu mal a la patte, mais maintenant, je boite mieux. 
    J'ai rejoint la ville il y a quelques semaines. maintenant, je peux trouver a manger dans les poubelles. J'espère qu'il ne neigera pas demain, il commence à faire vraiment froid.

    Toutes mes articulations sont ankylosées . Mes muscles me tirent. Heureusement que j'ai dormi sous le conteneur, car un gros manteau blanc le recouvre maintenant.
    Je sors, je m'étire. Mais je me recache rapidement , un homme approche. Il m'a vu. Je suis fichu. Mais non ... L'homme repart .
    Je pars donc a ma balade matinale, des enfants me jettent des pierres, d'autres essaient de m'attraper, une journée comme une autre. En revenant, je trouve un carton et un bol de croquette.
    Ca fait maintenant 6 mois que l'homme m'apporte tout les jours un bol de croquette. Je le laisse même me toucher maintenant. Moi, j'ai environs deux ans maintenant. deux ans, dont un an et demi de rue.
    Aujourd'hui, un gros camion est arrivé devant chez lui. 
    Au fil de la journée, il s'est bien rempli . Le soir, l'homme est monté dedans après m'avoir donner un dernier bol de croquettes.

    Je l'ai regardé partir.

    De nouveau seul. Moi qui reprenais confiance ...
    Je me sens de plus en plus mal, j'ai du mal à respirer, je n'ai plus faim. Je crois même que j'ai perdu du poids.
    Pendant que je dormais, on m'a pris. On m'a mis dans une petite cage, avec plusieurs autres chats autour. La fourrière on appelle ça. D'après ce qu'ils disent, j'ai la leucose féline. Ca me fais une belle patte tiens. 
    Ils parlent de m'endormir, mais, je ne comprends pas, j'ai déjà dormi toute la nuit et toute la journée d'hier, je ne suis plus fatigué là. 

    Et pourtant, je me suis quand même endormi sur cette table froide. Les yeux lourds, presque autant que mon cœur. Si j'en avait eu la force, je leur aurait montré que je méritais une maison ... J'étais jeune. Je ne demandais qu'a vivre.
    Mon dernier souvenir ? L'odeur du lait de ma maman.

    Et ils m'ont regardé partir . 

    « Chanoine le chat de Victor Hugo : Signe automnal ? »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 07:16

    Tant de déshérités comme lui, pas glop.

    Graous graous, bisous.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    lacan monique
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 09:59

    Une petite larme, trop triste et pourtant !!!!

    3
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 11:09
    claudia15

    très beau texte !

    4
    Vendredi 25 Octobre 2013 à 22:20

    ll y a tant et tant de vies qui ressembent à çà.

    c'est tellement simple et commun de détourner les yeux.

    5
    Samedi 26 Octobre 2013 à 14:30

    Bonjour Marie,

    Il m'est très pénible de lire un pareil texte je dois te l'avouer, car en plus aujourd'hui en revenant de faire mes courses, j'ai vu un petit chat qui venait de se faire écraser et j'en suis encore toute retournée.

    Bon week end et gros bisous.

    Mamyariane15

    6
    Dimanche 27 Octobre 2013 à 12:22
    Chatdesîles

    Ce texte est d'une tristesse infinie ...

    J'ai eu du mal à le lire ... m'y suis reprise à 3 fois ...Mais ce texte est utile car il est vrai.

    ---

    Je n'adopte que des chats adultes dans des refuges ou des associations, des laissés pour compte ... et je sais pourquoi, parce que toutes les semaines depuis des années je vais dans un refuge/fourrière ...

    7
    Lundi 28 Octobre 2013 à 11:01
    Sara Bagés

    C'est très penible pour moi cette sorte de textes et de situations qu'on peux observer parfois dans la rue.

    J'ai pleuré, celui-ci nous touche. je les prendre tous chez moi, mais c'est impossible.

    Tout ce que me console c'est que cettes situations sont-elles chaque fois mois nombreuses.

    Mais je vois chats morts dans la route et mon coeur souffre.

    Merci, pourtant, pour ce texte qui nous fait penseret pas seul pour des chats mais aussi des autres êtres qui souffrent.

    Gros bisous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :