• 100 000 ABANDONS PAR AN  !!!!!!!!!

    Noël approche .... les refuges lancent des SOS mais attention, une adoption est un ACTE LONGUEMENT REFLECHI . On n'adopte pas sur un coup de tête ou un coup de coeur ..... Un chat, un chien ont des besoins : nourriture, vétérinaire, gardes, etc ...... Ben oui, un chat peut faire ses griffes sur la tapisserie ou vos chaises .........  Un chien perd ses poils sur le canapé, sur le tapis ..... Rappel de vaccins chaque année ..... Castration si vous ne voulez pas vous retrouver avec une ribambelle d'adorables petites crevettes que finalement vous ne voulez pas !!!!!!!!!

    Un animal, quel qu'il soit n'est certainement pas un jouet mais un être vivant qui demande qu'on l'aime mais surtout qu'on l'assume tout le long de sa vie ....... PENSEZ Y quand vous croiserez le regard implorateur d'un chat ou d'un chien  !!!!!!!!!!

     

     


    votre commentaire
  • Livre à offrir ou à se faire offrir .....

    Aux éditions Flammarion : Les chats de Willy Ronis de Willy Ronis 

     

    Les chats de Willy sont magnifiques, venez les rencontrer, faites-les entrer à votre tour dans votre vie.

    On ne comprend même pas comment il a réussi à les saisir au vol, à traquer leur vérité intime, à les faire exister dans leur plus haute simplicité.

    Il faut être un immense artiste pour laisser ainsi parler les chats, sans les trahir, sans exagérer, sans faire joli. Avoir été juste là, toujours à la bonne place, avec le geste prompt.  C’est sans doute son secret et son art . Sur chaque photo, passe le grain de la vie, le souffle de l’air, l’odeur même des saisons, c’est incroyable .

    Cette traversée d’un pan de la vie de Willy Ronis à travers le regard de ses chats est à la fois un pur moment de tendresse et une déclaration d’amour qu’il fait à la vie . 

     

      

     

     


    votre commentaire
  • Certains se souviennent peut-être de cette femme russe, habitant en Sibérie, qui comptait dans son appartement près de 150 chats, tous "ramassés" dans la rue. "Catwoman" avait alors fait la une des télés du monde entier. D'un tout autre point de vue, ce fait insolite pourrait être assimilé à de l'"animal hoarding".

    Loin d'être un simple délire de vieille dame, l'"animal hoarding" est considéré aux Etats-Unis comme une vraie maladie mentale, classé parmi les T.O.C, les troubles obsessionnels compulsifs. Sa définition est simple : avoir en sa possession un nombre d'animaux au-delà du raisonnable, mais être dans l'incapacité, devant le nombre croissant d'individus, à leur fournir le minimum d'hygiène, de nourriture et de soins. Ces négligences entraînent une dégradation de l'habitat, de graves problèmes de santé pour les animaux, parfois jusqu'à la mort. Cela s'accompagne chez les personnes d'un déni de cette incapacité à les soigner, et de problèmes relationnels ou familiaux.

    Ces critères ont été déterminés par Gary J. Patronek, médecin psychiatre américain qui s'est penché depuis une dizaine d'années sur le problème des "hoarders". Il a créé en collaboration avec d'autres médecins et chercheurs, le Hoarding of Animals Research Consortium, qui analyse ces cas et tentent de comprendre son mécanisme psychologique. Les cas de "hoarding" sont particulièrement nombreux aux Etats-Unis, où 250 000 animaux en sont victimes chaque année, et tous sont concernés, en particulier chiens, chats et NACS.

    Le "hoarder" vit dans le déni total :

    Avec une ampleur moindre, le phénomène n'est cependant pas anodin en Europe. Marie-Sophie Germain, spécialiste des NACS et administratrice de forums parmi les plus importants dans ce domaine, a pu voir à l'oeuvre certains hoarders :

    "Nous sommes de plus en plus régulièrement confrontés à des gens qui adoptent en masse, qui laissent leurs animaux se reproduire sans aucun contrôle et nous venons tout juste de cerner une "hoarder". Elle se disait éleveuse, et venait sur le forum pour adopter d'autres animaux, ou vendre les siens, et surtout se plaindre de ses difficultés. Elle adoptait d'abord des cobayes malades, pour les sauver. Puis elle s'est tournée vers les cobayes d'élevage en espérant se faire un peu d'argent. En quelques mois, elle est passée de quatre cobayes à 300 reproducteurs, sans compter les petits ! "

    Nourriture non adaptée, hygiène déplorable, aucune quarantaine, contaminations et décès d'animaux en cascade...Les conditions de vie se sont rapidement dégradées, alertant très vite la communauté des éleveurs et les adoptants, qui flairaient une situation anormale. "Cette femme ne faisait pas venir de vétérinaire, estimant mieux connaître ses animaux que quiconque...Aujourd'hui, des associations essaient de réunir des preuves contre elle, mais c'est difficile : un hoarder vit dans le déni total, persuadé qu'il aide les animaux, et a travaillé insidieusement pour se faire une image respectable qui le protège".



    Un amour destructeur et dangereux :



    Détenir beaucoup d'animaux ne fait pas forcément de vous un hoarder, tant que l'on peut accueillir et soigner les animaux dans de bonnes conditions, nécessaires à leur santé et bien-être. Mais les adoptions "intempestives", à outrance, peuvent vite déborder les personnes les mieux intentionnées du monde.
    Si les animaux sont les premières victimes, les humains peuvent être également affectés : les possibilités de contagion existent bel et bien, et un "hoarder" peut aller jusqu'à négliger sa famille pour ses animaux.

    Les cas les plus difficiles à résoudre restent ceux de personnes "déguisées" en sauveurs d'animaux légitimes, refuges ou sanctuaires, la distinction entre ceux qui pensaient bien faire et se retrouvent débordés, et les vraies pathologies de personnes victimes de compulsion, étant ténue.

    Aujourd'hui, bien que des spécialistes, américains en majorité, cherchent à mettre au point des thérapies appropriées pour ces "patients", nul ne sait encore expliquer les origines et les causes du "hoarding". Médicalement parlant, le phénomène est encore nouveau, bien qu'apparenté à l'accumulation d'objets, ou aux T.O.C, déjà cliniquement observés et soignés.
     

    E.C

    Plus d'informations sur l' "Animal Hoarding" (en anglais) :

    The Hoarding of Animals Research Consortium : de nombreuses informations sur le site du HARC, fondé aux Etats-Unis.

    Animal Hoarding.com : un site officiel sur le phénomène.

     


    votre commentaire
  • 23 nov 2007 - 23 nov 2008 :   Déjà 1 an ....... ça passe vite !!!!!!!!

    1 an de joie en galère ... de découragement en bonheur .....

    1 an pour vous faire découvrir et aimer ce magnifique chat qu'est l'Abyssin .... J'espère y avoir réussi .....

    Ce blog m'a permis de faire de sympathiques connaissances qui pour certaines sont devenues de vrai(e)s ami(e)s .

    Je tiens à remercier du fond du coeur les fidèles ( ils se reconnaîtront ), et ceux de passage mais qui ont toujours eu la délicatesse de laisser une pensée ..... un mot toujours trés agréable à lire et qui fait chaud au coeur .  

    Balrog et Callis vous serrent la papatte et moi je vous remercie à toutes et à tous pour ce partage !!!!!! 

    Je vous offre les dernières photos de notre petit Prince  toujours en convalescence ......  

     

    1ier anniversaire du blog :   

     

    1ier anniversaire du blog :   

     

    1ier anniversaire du blog :   

     

    1ier anniversaire du blog :   

     

     

     


    votre commentaire
  • Maneki Neko signifie en japonais "le chat qui invite" ou "le chat qui attire".

    Qu'est-ce que le Maneki Neko ?

    Egalement connu comme le symbole de la chance au Japon, le Maneki Neko est censé apporter succès et prospérité.
    Il est représenté sous la forme d'un chat orné d'une bavette, d'un collier avec une clochette (signe de l'animal de compagnie), tenant une patte levée ainsi qu'une pièce de monnaie où est peint un voeu ("koban" en japonais) ou un poisson dans l'autre patte.
    On trouve très souvent un Maneki Neko à l'entrée des boutiques et restaurants asiatiques.



    Il existe différentes significations du Maneki Neko:



    - La patte gauche levée fait venir les clients.
    - La patte droite levée apporte la richesse .
    - Les deux pattes levées protègent la demeure et le travail.
    - Un chat blanc signifie pureté et bonté.
    - Un chat noir éloigne le démon.
    - Le chat tricolore est le porte-bonheur le plus efficace.
    - Un chat rose ou rouge apporte l'amour.
    - Un chat vert apporte la santé.
    - Un chat doré apporte puissance et prospérité.
    - Un chat obèse comme un sumo est gage de prospérité.
    - Une pièce de monnaie dans la patte est l'assurance d'un gain financier.
    - Un poisson dans la patte est gage de prospérité.



    Il existe plusieurs légendes sur l'origine du Maneki-Neko, voici la plus célèbre d'entre-elles :


    "La légende du temple Goutokuji" :


    Cette histoire commence au début de l'ère Edo (au 17ème siècle).
    Il existait alors à Setagaya (qui était la zone ouest de Tokyo), un temple en piteux état pour ne pas dire délabré.

    Le prêtre de ce temple avait un chat appelé Tama et parfois il se plaignait à ce chat de leur situation:
    "Tama, je te garde avec moi malgré ma pauvreté, n'y-a-t'il rien que tu puisses faire pour ce temple ? "

    Un jour, Naotaka Ii, seigneur du district de Hikone (région occidentale du Japon prés de Kyoto) fut surpris au retour de la chasse par un orage.
    Il décida de s'abriter sous un grand arbre qui se trouvait en face du temple.

    Naotaka remarqua alors un chat dont la posture et le geste semblaient l'inviter à entrer dans le temple.
    Attiré par le félin, Naotaka quitta son abri de fortune et alla le rejoindre. L'arbre fut aussitôt frappé par la foudre.
    La vie de Naotaka avait été sauvée par ce chat qui n'était autre que Tama.

    A la suite de cet incident, Naotaka devint un familier du temple et de son prêtre.
    Le temple délabré devint celui de la famille Ii et changea de nom pour devenir le temple Goutokuji.
    Désormais soutenu par le clan Ii, le temple devint prospère.

    Ainsi Tama le chat avait-il à la fois sauvé la vie du seigneur Naotaka et le temple de la pauvreté.

      Aprés sa mort, Tama fût inhumé au cimetière des chats de Goutokuji avec tous les honneurs et son histoire donna naissance au Maneki Neko. 

     

    La légende du Maneki Neko :   

     

     


    votre commentaire
  • Série arbre à chats :   

     

    Série arbre à chats :   

     

    Série arbre à chats :   

     

    Série arbre à chats :   

     

    Série arbre à chats :   

     


    votre commentaire
  • Toilette au soleil matinal :   

     

    Toilette au soleil matinal :   

     

    Toilette au soleil matinal :   

     

    Toilette au soleil matinal :   

     

    Toilette au soleil matinal :   

     

    Toilette au soleil matinal :   

     

    Toilette au soleil matinal :   

     


    votre commentaire
  • Le chat "caressé-mordeur" : le chat se met à mordre, parfois très violemment sitôt qu'on le caresse un peu trop longtemps. Une réorganisation des relations entre le chat et la personne peut grandement aider à améliorer la situation.

    L'agression au cours du jeu : le chat se met à mordre ou à griffer dès qu'il est trop excité. C'est généralement parce que a du mal à gérer ses propres émotions que le chat agit ainsi. Il manque d'autocontrôle. Il faudra donc veiller à réapprendre à jouer avec lui de sorte de ne pas l'amener au point de rupture, ou bien de le détourner vers un objet plutôt que vers nos mains. Il ne faut surtout pas jouer à la bagarre avec ces chats (et ne pas jouer avec les mains !)

    L'agressivité apprise. L'agressivité est très souvent enseignée par les humains eux-mêmes ! Souvent, cela comme lorsque le chat est petit, et qu'il a des jeux agressifs. C'est normal, c'est un chaton et le jeu de bagarre est le jeu favori des chatons. Tant qu'il ne fait pas mal, on ne dit pas grand chose. Puis ses dents poussent, et son agressivité devient gênante. alors on le réprimande, on le punit parfois, même très fort, on pointe son doigt vers lui et on lui dit "Non !", en le regardant longtemps dans les yeux pour vérifier qu'il a bien compris. Et puis à d'autres moment, il fait des bêtises, alors on cherche à l'éduquer, on lui met des pichenettes, des fessées, on l'enferme dans un pièce pour qu'il se calme etc. Toutes ses réactions, proprement humaines, sont parfaitement contre-productives. Plus on réagit en punissant ou en réprimandant le chat, plus on lui enseigne une seule chose : les humains sont agressifs (en criant, en regardant longtemps dans les yeux, en tapant etc.) ; avec les humains, c'est normal d'être agressif. Et c'est à celui qui gagnera la bagarre, ou qui fera le plus mal.

    L'agression par peur : le chat a peur de l'un de ses propriétaires, même si c'est l'unique signe de sa peur (car par ailleurs il peut lui arriver de se montrer câlin avec cette même personne). On voit parfois ces chats attaquer la personne en pleine nuit quand elle dort, ou aussi quand elle est immobile à côté du chat (sur un canapé par ex.) ou encore lorsque la personne passe ou fait un geste brusque près du chat. Le fruit de cette peur est souvent des réprimandes ou des punitions violentes que la personne en question aura exercée sur le chat, même si ce fut occasionnel. Parfois, les chats ont simplement peur des hommes en général, et pas des femmes.

    CE QUI AGGRAVE L'AGRESSIVITE DU CHAT  :


    La peur est le vivier le plus fertile pour faire naître des comportements agressifs.Un animal qui a peur, que ce soit un chat, un chien, un rat ou un humain, peut devenir agressif. Un chat qui a très peur ne reconnaît plus "ni père ni mère". Il peut donc agresser toute personne qui s'approche de lui et qui tenterai de le toucher. Lorsque le chat a peur, quel qu'en soit la raison, il faut le laisser tranquille et s'éloigner le temps qu'il reprenne ses esprits et qu'il se rassure.

    L'anxiété et le stress sont aussi de bons conducteurs d'agressivité. Nous sombrons nous-mêmes facilement dans la colère lorsque nous sommes stressés ou anxieux. C'est une réaction animale normale. La venue d'un nouveau chat, l'après visite chez le vétérinaire, un voyage, un changement de territoire, des punitions répétées, un choc violent ou une peur intense sont autant d'exemples de situations qui peuvent pousser un chat à devenir agressif. Cette agressivité est souvent temporaire, mais parfois elle s'installe. Une thérapie comportementale peut donc s'avérer nécessaire.

    Le mauvais sevrage du chat (retiré de sa mère et de sa fratrie avant 4-5 mois) est une source infinie de difficulté. "Rien ne remplace la mère !" dit l'expression populaire. C'en est tellement vrai, qu'une multitude d'études ont pu démontrer scientifiquement à quel point les animaux et les petits de l'Homme peuvent être perturbés par cette absence maternelle (ou cette défaillance lorsque c'est la mère qui délaisse son petit). On a beau nourrir un chaton au biberon, lui apporter chaleur et protection, il souffrira quand même d'un certain déséquilibre. Et en particulier de difficulté à gérer ses propres émotions. Tous ses comportements auront tendance à être excessifs. Ces chats sont donc plus enclins à devenir agressifs lorsqu'ils sont dépassés par leur propres émotions (stress, peur, excitation lors du jeu etc.).

    La captivité et surtout le fait de rester seul trop longtemps est un facteur aggravant de l'agressivité. Les prisonniers humains sont eux aussi soumis à un régime de manque d'espace (et de liberté) et d'inactivité. L'agressivité apparaît alors comme un exutoire incontrôlable. Le chat est exactement dans les mêmes conditions. Lorsqu'un chat, souvent jeune, est amené à rester 365 jours par an dans un appartement ou une maison sans sorties possibles (autre que sur le balcon), et que ses propriétaires le laissent seul plus de 8 heures d'affilées, il peut parfois se défouler en devenant agressif.

    Enfin, les punitions, les réprimandes, l'éducation de manière générale sont autant de moyens rapides et sûrs pour transformer un adorable minou en un Rambo impossible à gérer. Soyons zen et tolérants ! Ce n'est pas en punissant un chat lorsqu'il est agressif qu'on peut arranger son comportement ! Donnerions-nous la fessée à un lion qui rugit ou qui se montre agressif ? Non ! Nous trouverions ça complètement fou, car nous aurions l'intuition que cela ne pourrait que dégénérer ! Et bien à une autre échelle, celle du chat, les réactions sont pourtant exactement les mêmes !
    L'éducation du chat, trop souvent présenté comme un outil indispensable à la bonne cohabitation entre l'humain et le chat, est un leurre. Ce n'est bien souvent qu'une source de difficultés. Et oui..........


    votre commentaire